GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: sur le marché du travail, le plein d’emplois précaire

    media Les villes allemandes - comme ici Francfort - sont touchées par la précarisation du travail. Getty Images / Westend61

    A 15 jours des élections fédérales allemandes, la précarité de l'emploi s'invite dans les débats. Si l'économie allemande fait figure de bonne élève au sein de l'Union européenne, ses bons chiffres et son faible taux de chômage s'accompagnent de grandes disparités. Une forte proportion de travailleurs allemands est touchée par la précarité. Les 2 millions d'auto-entrepreneurs recensés risquent plus que les autres de connaitre la pauvreté.

    En Allemagne, le chômage s’est élevé à 5,7 % en juillet 2017, son plus bas niveau depuis la réunification du pays en 1990. Mais derrière ce recul se cache une hausse des inégalités sociales. En 2015, outre-Rhin, 8,9 % des salariés étaient pauvres, contre 5,9 % en France et moins de 2 % en Finlande.

    Selon Destatis, l'office fédéral des statistiques, un travailleur allemand sur cinq occupait un emploi précaire en 2016. Parmi eux, on retrouve des emplois en temps partiel de moins de 20 heures par semaine, des intérimaires, des mini-jobs rémunérés 450 euros par mois, ou encore des contrats à durée déterminée. Ceux-ci représentent 45 % des embauches de 2016, soit une hausse de 3 % en un an. Ce phénomène touche majoritairement les moins de 20 ans. Au total, ils sont 7,7 millions à occuper un emploi atypique en Allemagne.

    L’augmentation des emplois précaires dans le pays coïncide avec la mise en place de lois de libéralisation du travail par Gerhard Schröder. Ces réformes ont raccourci le temps des allocations chômage à un an au lieu de deux et contribué au développement des petits boulots. Des évolutions qui ont provoqué un affaiblissement de la couverture des salariés par les conventions collectives de branche. L'an passé, seuls 56 % des employés étaient couverts, contre 98 % en France.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.