GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: des élus allemands rendent visite à leurs soldats sur la base de Konya

    media Awacs de l'OTAN sur la base de Konya en Turquie. REUTERS/Umit Bektas

    Ce vendredi 8 septembre, une délégation de députés allemands rend visite aux soldats de la Bundeswehr stationnés sur une base de l'Otan à Konya, au centre de la Turquie, dans le cadre de la coalition contre le groupe État islamique. Leur venue avait été bloquée cet été par Ankara, en raison de tensions croissantes entre les deux pays.

    De notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

    En pleine crise des relations entre Berlin et Ankara, ces élus du Bundestag doivent leur présence sur la base de Konya à une forme d’arrangement diplomatique. Cela fait en effet des mois que les députés allemands sont privés d’accès à leurs soldats déployés en Anatolie. En juillet, en signe de protestation, Berlin avait retiré ses troupes de la base aérienne d’Incirlik, mise à disposition de l’Otan pour lutter contre Daech en Syrie. La visite sur la base de Konya, qui devait se tenir au même moment, avait été reportée.

    C’est l’intervention du secrétaire général de l’Otan qui a permis de débloquer la situation : la venue des élus allemands n’est pas organisée par Berlin mais par l’Alliance atlantique, sous la conduite de sa secrétaire générale déléguée. Cette subtilité autorise la présence dans la délégation d’un élu du parti de gauche Die Linke, considéré comme persona non grata car accusé par Ankara de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan.

    Surtout, la caution de l’Otan a permis de maintenir la visite malgré la sortie récente d’Angela Merkel. Excédée par les attaques verbales du président turc et les arrestations de citoyens allemands, la chancelière a plaidé pour l’arrêt des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.