GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Migrants: l’ONG Sea Eye reprend ses opérations de secours au large de la Libye

    media Un bateau de migrants attend d'être secouru par l'«Aquarius» de SOS Méditerranée et MSF au large de la Libye, le 2 août 2017. Depuis, les ONG ont interdiction de naviguer au large des côtes libyennes. Angelos Tzortzinis / AFP

    L'ONG allemande Sea Eye a annoncé ce samedi 9 septembre qu'elle reprenait ses opérations de sauvetage de migrants en Méditerranée, un mois après les avoir suspendues en raison de l'interdiction faite par la Libye aux ONG de patrouiller au large de ses côtes.

    L’ONG Sea Eye explique avoir décidé de reprendre ses activités de sauvetage en Méditerranée après une opération menée le 2 septembre au large des côtes libyennes où 16 personnes ont été secourues. Les survivants avaient raconté être partis de Libye en même temps que deux autres bateaux pneumatiques qui ont depuis disparu.

    « Ces deux évènements, le sauvetage et la disparition des deux autres bateaux contredisent les affirmations de l'agence européenne de surveillance des frontières Frontex, selon lesquelles il n'y a plus de mouvement migratoire ni de morts au large des côtes libyennes. Ce qui veut dire que notre aide est toujours nécessaire », affirme Hans-Peter Buschheuer, porte-parole et co-fondateur de Sea Eye.

    Comme MSF, Save the Children et d’autres organisations, Sea Eye avait annoncé à la mi-août la suspension de ses opérations de sauvetage, invoquant des problèmes de sécurité. Affirmant que les bateaux des ONG facilitaient l’immigration illégale, les autorités libyennes avaient en effet interdit aux bâtiments étrangers de naviguer dans une zone de recherche et de sauvetage au large de sa côte.

    → (RE)LIRE : Libye: «Si les bateaux des ONG disparaissent, la migration disparaîtra aussi»

    Depuis, la situation n’a pas évolué, déplore Sea Eye. Elle poursuivra donc ses opérations à une distance de « 70 à 90 miles nautiques » au large des côtes libyennes, dans des eaux que les garde-côtes libyens n’ont pas revendiquées comme faisant partie de leur zone d’intervention. « Mais ces eaux se situent très loin de la côte, et il sera difficile d'y trouver encore des bateaux de migrants », regrette Hans-Peter Buschheuer.

    Le porte-parole et cofondateur de l’ONG dit que des discussions ont été menées ces dernières semaines avec les autorités allemandes afin d’obtenir la protection nécessaire pour continuer à naviguer dans des eaux faisant partie des eaux internationales sans être mis en danger. En vain. « C'est une catastrophe ! Les actions des Libyens sont clairement contraires au droit international et les Européens payent les Libyens pour qu'ils nous débarrassent des Africains. A nos yeux il s'agit là d'un déshonneur et d'une très grande honte pour l'Europe », dénonce Hans-Peter Buschheuer.

    Selon l’Organisation internationale pour les migrations, plus de 100 000 personnes ont déjà pris la mer depuis la Libye vers l’Europe cette année. Plus de 2 300 sont mortes en tentant la traversée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.