GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Un accord a été signé ce jeudi entre la Birmanie et le Bangladesh pour le rapatriement des Rohingyas, sur la base de l’accord de 1992 entre les deux pays. Le Bangladesh va devoir envoyer des formulaires remplis par les réfugiés qui précisent leur adresse en Birmanie, et une décharge disant qu’ils reviennent volontairement. Selon le ministère de l’Information birman, la Birmanie acceptera ceux qui pourront présenter des documents d’identification délivrés par le passé par le pays.

    Europe

    Espagne: forte mobilisation des séparatistes catalans à Barcelone

    media des centaines de milliers de Catalans ont manifesté le 11 septembre 2017 à Barcelone pour revendiquer l'indépendance de leur région. Ils promettent de participer le 1er octobre au référendum d'autodétermination interdit. PAU BARRENA / AFP

    Des centaines de milliers de Catalans ont manifesté lundi 11 septembre à Barcelone pour revendiquer l'indépendance de leur région.

    Avec notre envoyé spécial à Barcelone, François Musseau

    Sur toutes les télévisions, grâce aux prises de vue aérienne, on peut voir une gigantesque croix humaine le long du Paseo de Gracia et de la rue Arago. Pour les organisateurs séparatistes, cette croix symbolise l'unité des Catalans souhaitant ardemment la tenue d'un référendum d'autodétermination, le 1er octobre et, si possible l'indépendance ensuite.

    A l'occasion de ce 11 septembre, fête nationale de la Catalogne, il y a beaucoup de couleurs, le rouge et le jaune du drapeau régional, le jaune fluo des tee-shirts que portent tous les manifestants. Il règne aussi un esprit festif, familial, et pacifique, l'immense majorité affirme que leur volonté de se séparer de l'Espagne est démocratique, qu'elle vient d'en bas, du peuple, et que l'Etat espagnol ne pourra rien faire contre cela.

    « Parce que c'est la Catalogne et parce que nous sommes Catalans. Nous voulons décider de notre sort, donner notre opinion » explique Montse, venue avec sa fille. Dans son entourage, beaucoup de familles, de groupes d'amis, tous arborant un « oui », écrit en plusieurs langues, sur leurs tee-shirts. Sous entendu : un oui à l'indépendance.

    Tous les secteurs de la société sont représentés, tous les âges aussi. Lluis, 82 ans dit vivre un moment historique. « Je ressens une émotion profonde, énorme, unique. C'est un moment sensationnel, magique ! »

    17h14

    Il y a aussi de la ferveur et de la foi, face à ce que les manifestants dénomment « la répression imposée par Madrid ». A 17h14 précisément, la clameur s'est faite collective et unanime. 17h14, pour 1714, année durant laquelle les troupes venues de Madrid avaient écrasé la ville de Barcelone. 300 ans après, ces manifestants rêvent de changer le cours de l'histoire.

    Car beaucoup veulent croire que le référendum aura lieu dans toutes les municipalités de la Catalogne, mais ils savent que cela sera difficile. Des grandes villes comme Barcelone s'y opposent. Jordi, informaticien, sent de la rage : « Nous n'avons jamais appartenu à l'Espagne. Ceux de Madrid nous ont soumis en 1714. La Catalogne alors existait comme telle, pas l'Espagne ! »

    La mobilisation a été un succès. Le chef nationaliste de l'exécutif catalan, Carles Puiddemon l'a dit : on ne peut pas arrêter un peuple aussi mobilisé. Mais à Madrid, on n'est pas de cet avis...

    Vus du ciel, les cortèges le 11 septembre 2017 à Barcelone, formaient sur deux artères une gigantesque croix. Une référence au «X» que les indépendantistes comptent inscrire dans la case du «oui» si le référendum du 1er octobre a bien lieu. REUTERS/Albert Gea

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.