GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Septembre
Lundi 18 Septembre
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    UE: discours attendu de Jean-Claude Juncker devant le Parlement européen

    media Jean-Claude Juncker va prononcer un discours devant les députés européens réunis à Strasbourg. REUTERS/Vincent Kessler

    Pendant trois heures, le Parlement européen débat sur l'état de l'Union européenne, ce mercredi 13 septembre. En ouverture, le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker, va s'exprimer devant les eurodéputés de Strasbourg.

    Qu’attendre du discours de Jean-Claude Juncker et du débat qui le suit ? Là est toute la question. L'Union européenne se porte mieux et le président de la Commission européenne va sûrement s'en féliciter, mais elle reste divisée.

    Entre le Brexit, les velléités indépendantistes de la Catalogne ou l'indiscipline des partis nationalistes au gouvernement en Pologne ou en Hongrie, l'unité n'est pas au rendez-vous.

    Pour écarter l'idée d'une Europe à plusieurs vitesses, Jean-Claude Juncker va appeler les Etats membres à plus de solidarité et à rejoindre l'euro après le départ des Britanniques. Il devrait également proposer que l'Union européenne ne finance plus les partis qui ne respectent pas les valeurs fondamentales de l'Europe.

    Le libre-échange avant tout

    En matière commerciale, il propose de mieux surveiller les investissements étrangers, par exemple chinois, dans des domaines stratégiques. Son étendard devrait toutefois rester le libre-échange. Ses conseillers parlent d’une politique commerciale ouverte, mais pas naïve.

    Le Luxembourgeois doit aussi annoncer l'ouverture des marchés vers l'Australie et la Nouvelle-Zélande, après la mise en œuvre du CETA – l'accord commercial entre l'Union européenne et le Canada – prévue fin septembre, malgré un rapport commandé par Emmanuel Macron. Rapport très critique sur les conséquences de cet accord pour l'environnement et pour l'élevage en France.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.