GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Aujourd'hui
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: ballet diplomatique autour de l'envoi de casques bleus dans l'est

    media Des médecins militaires ukrainiens à Avdiivka, une zone contrôlée par l'Ukraine dans la région de Donetsk, le 30 janvier 2017. AFP/ Aleksey FILIPPOV

    La guerre fait toujours rage depuis 2014 dans l'est de l'Ukraine. Les affrontements entre forces ukrainiennes et troupes russes et prorusses y ont coûté la vie à plus de 10 000 personnes. Le Kremlin s’est longtemps opposé à l’envoi d’une force de maintien de la paix avant de se raviser début septembre. Les diplomates s’activent mais Kiev reste prudent.

    Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

    L’Ukraine demande depuis 2015 l’envoi d’une mission de maintien de la paix de l’ONU ou de l’Union européenne. Cette mission s’étendrait à tous les territoires séparatistes, reprendrait le contrôle de la frontière ukraino-russe et sécuriserait la région afin que des élections puissent se dérouler sans la pression de groupes armés.

    La proposition russe est bien plus limitée. La vice-Première ministre ukrainienne Ivanna Klympush-Tsintsadze est donc sur la réserve. « Cela pourrait être une opportunité pour la paix, aussi bien qu’une tentative de compliquer encore le conflit, au mépris des lignes rouges que l’Ukraine a tracées », estime-t-elle.

    Avec ou sans les séparatistes ?

    Parmi ces lignes rouges, le Kremlin demande que les forces onusiennes gèrent leur déploiement avec les autorités séparatistes de Donetsk et Lougansk, et donc entame avec elles un dialogue officiel. Kiev oppose un « niet » (« non ») catégorique à cette proposition.

    « Il n’y a que deux parties à ce conflit, poursuit Ivanna Klympush-Tsintsadze. L’une est la Fédération de Russie ; l’autre, c’est l’Ukraine. Alors, cela n’a pas de sens de parler à Donetsk et à Lougansk qui ne décident de rien, car tout est décidé par le Kremlin ».

    Selon les statuts de l’ONU, l’Ukraine est en droit d’accepter ou de refuser le déploiement de casques bleus sur son territoire. Au-delà de ce droit légal, la pression politique et diplomatique pourrait se renforcer sur Kiev.

    Beaucoup d’Occidentaux voient en effet dans la proposition russe une chance d’obtenir une avancée unique, ou du moins une chance de mettre fin aux violences meurtrières le long de la ligne de front.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.