GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Autriche: accord de gouvernement entre droite et extrême droite (partis)
    Europe

    Allemagne: campagne électorale tendue pour les députés germano-turcs

    media Manifestation de Germano-Turcs devant le Reichtag, la Chambre basse du Parlement, le 1er juin 2016. REUTERS/Hannibal Hanschke

    Les élections en Allemagne les bureaux de vote ouvrent ce dimanche 24 septembre. Environ 1 million de personnes d'origine turque ont le droit de vote. Pour eux, comme pour les 11 députés germano-turcs du Parlement, il était temps que la campagne s’arrête. Entre les appels d’Erdogan à ne voter ni CDU ni SPD ni pour les Verts qui ont voté la reconnaissance du génocide arménien et le souhait d’Angela Merkel d’interrompre les négociations de l’UE avec la Turquie, la tension est là et pour les élus germano-turcs en campagne le climat est lourd.

    Avec notre envoyée spéciale à Berlin,  Anissa El Jabri

    Ils se serrent les coudes. Les onze députés sortants du Bundestag d'origine turque échangent régulièrement ensemble sur leur difficile campagne. Paroles parfois agressives d’électeurs, affiches déchirées, menace de morts venues d’Allemagne ou de Turquie. 

    Longue chevelure blonde et allure élégante, Azize Tank prend le temps de répondre aux questions dans un café de sa circonscription. Cette élue du parti de la gauche radicale Die Linke ne sollicite pas de nouveau mandat, mais assume encore et toujours ses positions.

    « Oui, évidemment j’ai souvent été menacée, mais je ne m’occupe pas de savoir si Erdogan fait de la surenchère. Ce qui est important pour moi, c’est comment on peut soutenir l’opposition démocratique. Je n’accepte pas ce qu’Erdogan veut faire de la Turquie », affirme la députée.

    L’ambiance s’est en tout cas encore détériorée ces derniers jours, disent les autres élus germano-turcs en campagne et pour eux, plus question en tout cas pour l’instant de se rendre en Turquie même s’ils y ont des attaches. C’est, paraît-il, déconseillé.

    (Re) lire : La communauté turque d'Allemagne, otage d'une crise qui la dépasse

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.