GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Législatives en Allemagne: l'AfD, l'extrême droite qui monte

    media Une des affiches électorales de l'AfD montre en gros plan le ventre rond d’une femme enceinte et ce slogan « les nouveaux Allemands nous les fabriquons nous-mêmes ». REUTERS/Ralph Orlowski

    Le parti xénophobe de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), d'après les sondages, devrait faire une percée aux législatives qui ont lieu ce dimanche 24 septembre. Le parti serait non seulement en mesure de faire son entrée au Parlement avec 60 ou 70 députés, mais surtout d’être le premier parti d’opposition. Une opposition qui sera musclée, promet le parti.

    Avec notre envoyée spéciale à Berlin,  Anissa El Jabri

    Les réunions publiques sont encore assez clairsemées, dans les rues les sympathisants se font discrets aux micros. Peu importe, pour l’Alternative pour l'Allemagne la dynamique électorale est là.

    Cheveux blonds longs jusqu’à la taille, Wiebke Muhsal, élue au Parlement de la région de Thuringe, candidate aux législatives, a déjà une idée très précise du futur rôle de l’AfD au Bundestag :

    « Nous pouvons être une vraie nouvelle opposition parce qu’aujourd’hui il n’y en a pas. Les autres partis sont tous les mêmes. Nous, nous dirons haut et fort ce que les gens pensent. Sur l’immigration c’est important, pour combattre l’euro aussi, et pour une vraie politique de la famille », affirme la jeune élue.

    Une des affiches électorales du parti montre d’ailleurs en gros plan le ventre rond d’une femme enceinte et ce slogan : « les nouveaux Allemands nous les fabriquons nous-mêmes ». Comprendre : ces nouveaux Allemands, ce ne sont pas les réfugiés. Une campagne au ton assez dur et clivant comme un prélude. Une nouvelle phase de cette vie politique allemande jusqu’ici si attachée au compromis.

    Un choc qui s'annonce

    Le parti a été créé il y a 4 ans à peine en Allemagne, et pourrait donc faire une entrée fracassante au Bundestag en devenant la troisième force politique du pays. Pour la première fois depuis les années 1930, un parti d’extrême droite pourrait siéger au Parlement allemand. Pour les médias allemands, c’est un choc qui s’annonce. La fin d’une exception en Europe aussi. Le populisme, l’extrême droite, l’Allemagne pensait jusqu’ici y échapper.

    Un tournant exceptionnel dû à des circonstances exceptionnelles, juge Oskar Niedermayer, chercheur à la Freie Universität à Berlin :

    « En Allemagne, ce type de parti a toujours eu un espace politique restreint, évidemment à cause du poids de notre passé. Pour moi, l’AfD n’a pu prendre de l’importance qu’à cause de ce qui s’est passé en 2015 et 2016. La société s’est fortement divisée sur la politique des réfugiés, et c’est uniquement à cause de cette polarisation que ce parti a pu devenir si fort. C’est pour ça aussi que je crois que quand le calme sera revenu, il ne pourra pas s’implanter durablement, sauf s’il se démarque de sa ligne très dure d’aujourd’hui, mais ce n’est pas le chemin qu’il prend pour l’instant. »

    L’AfD promet en effet une opposition très dure au Parlement et a déjà prévenu : son premier geste au Bundestag sera de demander l’ouverture d’une enquête parlementaire sur Angela Merkel et sa politique des réfugiés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.