GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: le Labour ouvre son congrès annuel à Brighton revitalisé

    media Jeremy Corbyn, le leader du Labour, ce dimanche 24 septembre, à Brighton. REUTERS/Toby Melville

    Le Parti travailliste britannique a ouvert dimanche 24 septembre son congrès annuel dans la station balnéaire de Brighton dans une atmosphère complètement différente de l’année passée. Grâce à sa bonne performance lors des élections législatives anticipées de juin, le Labour redouble désormais d’optimisme et son leader Jeremy Corbyn se dit prêt à conquérir le pouvoir. Mais il lui faudra d’abord clarifier sa vision du Brexit qui sera malgré lui, un sujet brûlant du congrès. Reportage.

    Avec notre envoyée spéciale à Brighton,  Muriel Delcroix

    Revigorés par l’air marin, le soleil et l’ambiance encore très estivale de Brighton, les délégués travaillistes sont actuellement en pleine euphorie :

    « J’ai été très impliquée dans la campagne lors des dernières élections et rien que de voir l’enthousiasme des électeurs pour le Labour, c’était vraiment excitant. Je pense qu’on est vraiment prêts à faire avancer les choses et à se débarrasser de Theresa May aux prochaines élections. »

    Oubliées donc les luttes fratricides autour de la légitimité de l’atypique de Jeremy Corbyn. S’appuyant sur un programme anti-austérité résolument à gauche, les troupes travaillistes se disent en ordre de bataille pour conquérir le 10 Downing Street. A un détail prêt, la question du Brexit.

    Un an après le référendum, les travaillistes n’ont toujours pas clarifié leur vision et plusieurs figures du parti dont la députée Angela Eagle vient de demander à Jeremy Corbyn de lever toute ambiguïté :

    « Il est important que nous restions dans le marché unique au moins durant une période de transition et pour moi nous devrions même aller plus loin et dire que nous voulons un accord comme la Norvège », souligne-t-elle.

    Mais Jeremy Corbyn hésite à contrarier le vote des millions de personnes qui, dans les fiefs travaillistes, ont voté pour un départ du bloc européen. Et cette ambiguïté risque de venir quelque peu gâcher la fête qui se tient pendant encore trois jours à deux pas du front de mer.

    (Re) lire : «Oh, Jeremy Corbyn !», le chant des fans à la gloire du leader travailliste

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.