GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: vote mardi 24 octobre du Conseil de sécurité sur l'enquête sur les armes chimiques (diplomates)
    • Niger: l'armée américaine poursuivra ses opérations malgré l'embuscade (Pentagone)
    • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
    • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
    • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017
    Europe

    Allemagne: l’AfD affiche (déjà) ses divisions après sa percée électorale

    media Frauke Petry quitte la conférence de presse de l'AfD, en présence de Alexander Gauland (avec une veste marron), à Berlin, le 25 septembre 2017. REUTERS/Fabrizio Bensch

    Surprise en Allemagne, où la co-présidente du parti d’extrême-droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) renonce ce lundi 25 septembre 2017 à son siège de députée, juste remporté la veille. Alors que les législatives allemandes ont été marquées par une percée spectaculaire de l’extrême-droite, qui a engrangé près de 13% des voix, la décision de Frauke Petry rappelle les divisions qui traversent l’AfD. Ceux, qui au sein du parti privilégient une voie moins radicale n'ont pas pu s'imposer.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    Coup de théâtre à l'AfD. La co-présidente du parti d'extrême-droite, élue dimanche 25 septembre avec 37% dans sa circonscription en Saxe, annonce qu'elle renonce à son siège de députée au Bundestag. Longtemps figure de proue du parti, Frauke Petry critique sa radicalisation et notamment les déclarations d'Alexander Gauland, entre autres, sur le fait que les Allemands ont « le droit d’être fier des performances des soldats allemands durant la deuxième Guerre mondiale ».

    Le soir des élections, le septuagénaire – l'une des deux têtes de file de la campagne du parti – a estimé que « la chasse à Angela Merkel » était ouverte. Interrogé sur cette dernière déclaration, il l'a défendu ce lundi, ce qui donne une petite idée de la rhétorique de son parti au sein du nouveau Parlement où il comptera près de 100 députés.

    « Bien sûr, il faut mener la chasse à un gouvernement à travers notre présence au parlement » assume le chef de file de l’extrême-droite. Il affirme vouloir « récupérer [son] pays. Le million d'étrangers qui y est arrivé nous ampute d'une partie de l'Allemagne. L'AfD s'y oppose. Je ne veux pas perdre mon pays à cause de l'invasion de migrants venant de cultures qui nous sont étrangères ».

    La décision de Frauke Petry, de plus en plus sur la touche ces derniers mois, traduit la radicalisation de l'Alternative pour l'Allemagne. Elle témoigne aussi des bisbilles internes qui agitent le parti depuis sa création, visiblement sans nuire à sa popularité auprès des électeurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.