GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: le quatrième round de négociations s’ouvre à Bruxelles

    media David Davis, le ministre britannique du Brexit, se retrouvera pour la quatrième fois face à Michel Barnier (d), le chef de l'équipe des négociateurs de l'UE. REUTERS/Francois Lenoir

    Le quatrième cycle de négociations pour le Brexit débute ce lundi 25 septembre à Bruxelles. La réunion a été repoussée d'une semaine en raison de l'attente du discours de la Première ministre britannique, Theresa May, à Florence. Elle a présenté sa vision de l'avenir. De part et d'autre, il semble désormais que le ton soit plus conciliant.

    Avec notre correspondante à  Bruxelles,  Laxmi Lota

    Le dernier cycle de négociations, fin août, s'était terminé sans avancée particulière. Les deux parties ont depuis fait des progrès, réfléchissant chacun de leur côté avant de se revoir.

    Ainsi, vendredi dernier, le négociateur en chef de l'Union européenne Michel Barnier a salué « l'esprit constructif » de la Première ministre britannique Theresa May. Cette dernière s'est exprimée sur le Brexit, à Florence, en Italie. Elle s'est notamment voulue rassurante sur « ses engagements ce qui concerne le solde de tout compte ».

    Même Guy Verhofstadt, le référent du Parlement européen sur le Brexit, l'une des voix les plus critiques envers le Royaume-Uni s'est montré plutôt satisfait après ce discours : « Il apparaît que la position des Britanniques devient plus réaliste », a-t-il dit.

    L'Union européenne fait aussi un pas vers Londres pour sa demande d'une « sortie en douceur » et d'une période de transition de 2 ans, durant laquelle le pays pourrait toujours avoir accès au marché unique. « Si l'Union européenne le souhaite, cette demande pourra être prise en compte et examinée », a répondu Michel Barnier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.