GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le groupe Etat islamique revendique l'attentat contre une mosquée chiite à Kaboul (communiqué)
    Europe

    Référendum en Catalogne: la police espagnole intervient, des dizaines de blessés

    media Manifestants pro-indépendance et Guardia Civil se font face à Sant Julia de Ramis, le 1er octobre 2017. REUTERS/Albert Gea

    La Catalogne a défié l'autorité de Madrid ce dimanche. Malgré les menaces, les sanctions et les perquisitions, le référendum d’autodétermination promis depuis des semaines par les séparatistes catalans a débuté à 9h, heure locale, mais la police a déjà procédé à plusieurs saisies d'urnes. On déplore près de 92 blessés lors des charges policières. Récit d'une journée mouvementée.

    Cet article est mis à jour régulièrement, cliquez ici pour rafraîchir

    Le référendum d'autodétermination en Catalogne se déroule ce dimanche dans un climat de plus en plus tendu. En milieu de matinée, la police a chargé des manifestants dans le centre de Barcelone, non loin d'une école du centre-ville où la police était entrée de force afin de saisir des urnes qui devaient servir au scrutin interdit, selon des témoins.

    La charge s'est produite alors que des manifestants assis barraient le passage aux policiers qui quittaient le bureau de vote. Un manifestant, David Pujol, 37 ans, a montré une blessure à la jambe reçue dans cet affrontement et une journaliste de l'AFP a vu un deuxième blessé dans une ambulance.

    « Etat oppresseur »

    Plus généralement, des images qui circulent sur les réseaux sociaux montrent des policiers anti-émeutes porter des personnes âgées pour les écarter des bureaux de vote, d'autres ont le visage couvert de sang, des jeunes gens sont en pleurs devant une école, d'où les policiers tentent de les évacuer de force.

    De nombreux Catalans, nous dit notre envoyé spécial à Barcelone, François Musseau parlent désormais de « méthodes autoritaires », d’un « Etat oppresseur ». Et de plus en plus de gens ont également des paroles dures à l'encontre de l’Union européenne, critiquée « pour son silence et pour sa facilité ».

    Des policiers anti-émeutes sont aussi entrés dans le bureau, à Gérone, où devait voter le président indépendantiste de Catalogne, Carles Puigdemont, qui a néanmoins pu glisser son bulletin dans l'urne, mais dans un autre bureau.

    Les violences ont provoqué l'ire de certains élus catalans. La maire de Barcelone, Ada Colau, a ainsi appelé Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, à la démission.

    Près de 12 000 policiers locaux et nationaux sont ainsi déployés en Catalogne pour tenter, à la demande de Madrid, d’empêcher le vote.

    Mobilisation matinale

    Les pro-référendum s'étaient donnés rendez-vous très tôt, autour des bureaux de vote, ce dimanche. A 5 heures et demie ce matin, une centaine de personnes patientait par exemple devant l’école Drassanes, une école de langues de Barcelone occupée depuis samedi soir, raconte notre envoyée spéciale Béatrice Leveillé. Les Catalans qui se sont levés tôt et qui voulaient que le vote ait lieu, espéraient être suffisamment nombreux pour empêcher les forces de police de mettre les scellés sur cette école.

    Ici les policiers catalans ont empêché pendant près d’une heure les manifestants de récupérer les urnes dans un véhicule à l’arrêt, juste devant l’école. Mais entouré de quelque 400 manifestants qui hurlaient « vutarem » (« nous voterons »), ils ont fini par se retirer sous les applaudissements.

    File d'attente devant l'école Drassanes, à Barcelone, avant l'ouverture du scrutin d'autodétermination, dimanche 1er octobre 2017. RFI / Béatrice Leveillé

    Sur les réseaux sociaux, nombreuses ont ainsi été les photos et vidéos montrant la mobilisation des partisans du référendum dès les premières lueurs du jour.

    Une région divisée

    Le 6 septembre dernier, les indépendantistes majoritaires en Catalogne depuis deux ans avaient convoqué ce référendum, malgré l'interdiction de la Cour constitutionnelle et l'absence de consensus au sein de la société catalane.

    Un sondage récent, commandé par le gouvernement indépendantiste et publié en juillet, montre que les adversaires de l'indépendance sont plus nombreux que ses partisans (49,4 % contre 41,1 %). Mais les anti-sécession ont appelé à boycotter le scrutin de ce dimanche.

    Ils ont néanmoins donné de la voix, hier samedi, comme le rapporte notre envoyé spécial François Musseau. « Vive l’Espagne, une et indivisible » était un des slogans que l’on pouvait entendre et lire dans une grande marche qui s'est déroulée sur la Via Laietana, à deux pas des Ramblas, à Barcelone.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.