GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Renvoi de migrants: l’Espagne condamnée par la CEDH

    media Des migrants tentent le passage dans l'enclave espagnole de Melilla, en territoire marocain, le 17 mai 2014. REUTERS/Jesus Blasco de Avellaneda

    La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné ce mardi l'Espagne pour avoir renvoyé collectivement et sans aucune décision administrative ou judiciaire des migrants arrivés dans l'enclave espagnole de Melilla, dans le nord du Maroc.

    Les deux requérants, originaires du Mali et de Côte d'Ivoire, avaient été interpellés par la police espagnole le 13 août 2014 au moment où ils passaient la clôture qui sépare les territoires marocain et espagnol, puis immédiatement « menottés et renvoyés vers le Maroc », à Fez, à plus de 300km.

    Les deux hommes vivaient depuis plusieurs mois dans le camp de fortune du Mont Gourougou, où des centaines de migrants sont installés en attendant de tenter de passer la frontière, lorsqu'ils ont entrepris de franchir les clôtures.

    Arrivés de l'autre côté, « ils n'ont fait l'objet d'aucune procédure d'identification de la part des autorités espagnoles », souligne la CEDH dans son arrêt, ce qui donne à ces expulsions un caractère collectif.

    Puis des « mesures d'éloignement ont été prises en l'absence de toute décision administrative ou judiciaire préalable », explique la CEDH, qui a condamné Madrid à verser 5 000 euros à chacun des requérants.

    Pas d'assistance

    « Ils n'eurent pas la possibilité de s'exprimer sur leurs circonstances personnelles, ni d'être assistés par des avocats, des interprètes ou des médecins », soulignent les juges, qui se sont notamment fondés sur des vidéos prises par des témoins et des journalistes le jour de l'expulsion.

    La cour « attache un poids particulier à la version des requérants, car elle est corroborée par des nombreux témoignages recueillis entre autre par le Haut-Commissariat pour les Réfugiés » de l'ONU, est-il précisé.

    (avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.