GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: Johnson affiche un gouvernement uni derrière Theresa May

    media Le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson, mardi 3 octobre, au congrès des Tories à Edimbourg. REUTERS/Phil Noble

    Le congrès annuel des conservateurs britanniques se termine ce mercredi à Manchester avec l’intervention de leur dirigeante Theresa May. Un rassemblement marqué cette année par le doute des délégués après une élection générale ratée en juin et les querelles internes du gouvernement à propos de la conduite du Brexit. Boris Johnson, le chef de la diplomatie a ainsi contredit publiquement la Première ministre et l’intervention du ministre mardi était très attendue par ceux qui l’accusent de vouloir prendre sa place. Reportage.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    « Il est temps de laisser le lion britannique rugir », a conclu Boris Johnson après s’être efforcé avec moult plaisanteries de remonter le moral des délégués conservateurs.

    Néanmoins le ministre s’est gardé de tout écart de conduite, assurant que le gouvernement était uni derrière Theresa May et sa gestion du Brexit. Finis donc pour l’instant les coups de griffes d’un Boris Johnson accusé de vouloir remplacer Theresa May et qui a exaspéré nombre de ses collègues comme la députée Anna Soubry :

    « Si vous faites partie d’une équipe, vous respectez les décisions collectives. Si ça ne vous plaît pas, du balai. Les gens en ont par-dessus la tête de ces querelles provoquées par Boris, et il faut qu’il la ferme ou alors qu’il dégage », s'agace la députée.

    Pourtant Boris Johnson peut compter sur le soutien sans faille des partisans d’un Brexit dur. Dans les couloirs du congrès le député ultra-conservateur Jacob Rees-Mogg refuse avec aplomb l’idée que le trublion blond puisse saper l’autorité de Theresa May : « Oh non, ça l’aide beaucoup. Avoir un chef de la diplomatie énergique qui défend la politique du gouvernement a renforcé la position de la Première ministre, donc c’est très bien pour elle », dit-il.

    Mais certains conservateurs craignent que ces constantes escarmouches au sein du gouvernement ne renforcent la voix de leurs opposants politiques dont certains se sont d'ailleurs invités au congrès en criant « les Tories dehors ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.