GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Quel rôle l'Europe peut-elle jouer dans la crise catalane?

    media Un militant de l'indépendance de la Catalogne devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, le 2 octobre 2017, au lendemain du référendum en Catalogne. REUTERS/Francois Lenoir

    Le Parlement européen a donc bousculé son ordre du jour et débattra, mercredi 4 octobre après-midi, des événements en Catalogne. Peut-il aller au-delà d’un simple échange de vues, mettre la pression sur la commission pour qu’elle aille plus loin que son timide premier pas de lundi ? Rien n’est moins sûr.

    Avec notre envoyée spéciale à Strasbourg,  Anissa el-Jabri

    La Catalogne a remplacé le Brexit. C’est aujourd’hui le sujet numéro 1 de conversation dans les allées du Parlement européen. « C’est très inquiétant », est le commentaire en boucle des eurodéputés tous groupes politiques confondus et tant pis pour la règle « on ne commente pas officiellement les affaires internes d’un pays ».

    Certains élus aimeraient même que le Parlement ce mercredi aille bien au-delà, que l’Union européenne se pose en médiateur.

    « Elle est aussi là pour garantir la stabilité de l’Europe et elle n’est pas obligée de mettre au même niveau Barcelone et Madrid.Mais elle peut juste les mettre autour d’une table et leur demander de parler parce que si les gouvernements catalan et espagnol ne sont pas capables de le faire, il faut bien que quelqu’un les oblige à le faire, parce que quand même on voit bien que le risque que l’on a actuellement c’est une escalade bien plus forte. Il ne faut pas que la Commission européenne fasse une lecture restrictive des traités, mais une lecture bien plus ouverte basée sur une vision politique d'avenir », estime Florent Marcellesi, député écologiste espagnol.

    Sauf que si le Parlement européen va bien débattre, ça sera sans résolution à la clé. C’est trop compliqué de se mettre d’accord, trop délicat peut-être aussi. En coulisse les eurodéputés font les comptes. En Belgique, en Italie, ils craignent un réveil en fanfare des velléités indépendantistes, tout ça dans un bloc européen déjà très fragilisé.

     À  (ré) écouter : Catalogne: A Bruxelles, l'Europe embarrassée garde le silence

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.