GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: les pro-Navalny se mobilisent pour l’anniversaire de Poutine

    media Des partisans d'Alexeï Navalny tiennent des ballons sur lesquels est inscrit le surnom de l'opposant russe, lors d'une manifestation non autorisée à Moscou, le 8 juillet 2017. Maxim ZMEYEV / AFP

    Des dizaines de rassemblements auront lieu ce samedi 7 octobre en Russie, à l'appel d'Alexeï Navalny. Ces manifestations non autorisées auront lieu le jour de l'anniversaire de Vladimir Poutine. Les militants pro-Navalny restent déterminés.

    Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

    Dans le QG de la bête noire de Vladimir Poutine, on se prépare à une nouvelle journée d'action. Une vingtaine de militants sont attablés là, devant des ordinateurs, sous quelques affiches à l'effigie d'Alexeï Navalny. Mais pas question de parler de manifestation ; les militants iront se « promener » dans les rues de Moscou.

    Les termes sont choisis avec prudence. « A Moscou, on n’a pas été autorisés à manifester, mais se promener dans le centre de la ville, c'est légal ! Il n’y a rien de mal à cela, les gens vont se promener et parler d’Alexeï Navalny. Bien sûr, j’aimerais qu’il n’y ait pas d’interpellations, mais de notre côté en tout cas, on ne violera pas la loi », promet Nikolaï Liaskine, coordinateur à Moscou de la campagne d'Alexeï Navalny.

    L’interview s’interrompt soudainement quand une douzaine de policiers en uniforme pénètrent dans le local. La police veut perquisitionner les bureaux, pour enquêter, dit-elle, sur l’agression subie le mois dernier par le chef du QG. Les militants filment  la scène avec leurs téléphones, avant de quitter les lieux, par crainte d’une arrestation.

    « En réalité, ils ne veulent rien trouver, c’est seulement  pour nous intimider. Mais moi, je n’ai pas peur ! Ce qui est important, c'est que mon pays soit libre, qu’il y ait de vraies élections et un pouvoir légitime », plaide une jeune femme.

    Sur le trottoir fouetté par la pluie, les militants attendent la fin de la perquisition. Tous assurent vouloir retourner dans la rue ce samedi, malgré le risque de finir en prison. Alexeï Navalny, lui, ne pourra pas les accompagner, car il a été condamné à vingt jours de prison pour avoir appelé à des manifestations jugées illégales.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.