GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Ethiopie: décès de l'ancien président Girma Woldegiorgis deux semaines avant son 95e anniversaire (médias d'Etat)
    • «Gilets jaunes»: l'A6 fermée à la frontière du Rhône par précaution
    • Suivez en direct notre liveblog RFI «"gilets jaunes", acte V: la journée du 15 décembre en continu»
    Europe

    Russie: le bras de fer se poursuit entre les autorités et la messagerie Telegram

    media L'application de messagerie cryptée Telegram, fondée par Pavel Dourov, est prisée pour sa confidentialité. Chris Ratcliffe/Bloomberg via Getty Images

    Ce lundi 16 octobre, un tribunal de russe a condamné la messagerie Telegram, très populaire en Russie pour son niveau élevé de cryptage, à une amende de 800 000 roubles (environ 18 000 euros) pour avoir refusé de livrer des informations aux forces de l'ordre.

    Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

    Pas question de livrer aux services de renseignements des informations relevant du domaine privé. Voilà en substance le message qu'a délivré Pavel Durov, le fondateur de Telegram, après s'être vu condamné à une amende de 800 000 roubles par un tribunal russe, décision qu'il entend contester.

    Dans un texte publié sur VKontakte, le réseau social qu'il a également fondé, le jeune prodige de l'informatique russe continue de défier la justice et les autorités de son pays. A ses yeux, les demandes du FSB, les services de renseignements russes, sont en « violation » de la Constitution qui protège le droit au secret de la correspondance.

    Du côté des autorités et du FSB, on reproche à Telegram de servir de messagerie cryptée à des groupes terroristes. Des accusations qui ont pris une nouvelle ampleur, à la suite de l'attentat de Saint-Pétersbourg, qui a fait 16 morts en avril dernier. Pour l'heure, le Kremlin affirme qu'il n'envisage pas de « bloquer » Telegram. Mais la pression judiciaire s'accroît sur une messagerie qui a bâti l'essentiel de sa popularité sur son haut niveau de cryptage.

    → (RE)LIRE : Telegram, l’application intraçable du Russe Pavel Dourov

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.