GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Catalogne: Sanchez et Cuixart, les deux Jordi «prisonniers politiques»

    media Les Catalans Jordi Cuixart (à gauche) et Jordi Sànchez, le 16 octobre 2017 à leur arrivée devant la justice à Madrid. REUTERS/Javier Barbancho

    Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, respectivement présidents des organisations civiles pro-indépendance ANC (Assemblée nationale de Catalogne) et Omnium, sont accusés de sédition, ce qui peut leur valoir jusqu’à dix ans de prison. Ils auraient  empêché les policiers espagnols, les 20 et 21 septembre derniers, d’arrêter de hauts fonctionnaires catalans.

    Avec notre correspondant à Madrid,  François Musseau

    Physiquement, si l’on excepte le port de la barbe, ils ne se ressemblent pas beaucoup. Le premier Jordi, Jordi Sanchez, est trapu et légèrement empaté ; le second, Jordi Cuixart, est mince et élancé. Ils n’ont pas non plus le même parcours. Le premier est un militant de la rue qui, dans les années 1980, n’hésitait pas à réaliser des actions d’éclat contre les symboles espagnols comme le drapeau, et en faveur de la langue catalane. Le second vient à la fois d'un milieu intellectuel et du monde de l'entreprise. Cuixart est d’ailleurs un entrepreneur qui a réussi.

    Mais, malgré ces différences, les deux ont vu leurs destins s’entrecroiser il y a deux ans. En 2015, en effet, ils ont pris la présidence de l’Assemblée nationale de Catalogne et de Omnium Cultural. Ces deux organisations sont citoyennes et férocement séparatistes. Ce sont elles qui ont organisé tous les rassemblements massifs en faveur d’une République de Catalogne, en faveur du référendum interdit du 1er octobre, et contre « le diktat » de l’Espagne.

    Aussi bien Sanchez que Cuixart ont un immense talent pour galvaniser les foules, mobiliser les troupes sécessionnistes autour de symboles, en particulier le drapeau catalan. Désormais en prison, ils ont obtenu le statut qu’ils désiraient auprès des leurs, celui de « prisonniers politiques », « sous la férule d’un Etat oppresseur ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.