GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Catalogne: vers la mise en place de l'article 155 par Madrid?

    media Madrid envisage d'activer l'article 155 de la Constitution et de suspendre ainsi l'autonomie de la région. REUTERS/Ivan Alvarado

    Le conflit catalan avance, même si on croit qu'il fait du sur-place. A la veille d'un Conseil des ministres extraordinaire ce samedi 21 octobre où Rajoy devrait appliquer l'article 155 de mise sous tutelle de la Catalogne, les conservateurs au pouvoir et les socialistes seraient parvenus à un accord conduisant à une solution électorale à la crise.

    De notre correspondant à Madrid, François Musseau

    La mainmise de l'Etat espagnol sur la Catalogne, doit être brève, modérée et doit conduire à des élections en janvier 2018. Telle est l'exigence imposée par les socialistes à Mariano Rajoy si celui-ci veut leur soutien sur l'attitude à adopter en Catalogne. Or, pour le leader conservateur, l'appui du socialiste Pedro Sanchez est crucial car il ne veut pas, lui qui gouverne en minorité, être taxé de représentant d'un Etat oppresseur. Il souhaite qu'il y ait une union sacrée entre son parti, le parti populaire et les centristes libéraux de Ciudadanos.

    Une union sacrée autour d'une position commune, à savoir l'article 155, c'est à dire la mise sous tutelle de la Catalogne, doit être temporaire, et doit se faire de façon correcte, sans démonstration de force. Elle ne doit servir qu'à ramener la Catalogne dans la légalité, pour ensuite organiser des législatives, ce qui signifierait un retour à la normalité.

    Bien entendu, les choses seraient plus simples, disent Rajoy et Sanchez, si le séparatiste Puigdemont ne déclarait pas l'indépendance et s'il convoquait lui-même des élections anticipées. Dans ce cas, il n'y aurait pas de nécessité d'appliquer l'article 155.

    ■ L'éclairage de Gabriel Colomé, professeur de sciences politiques à l'Université autonome de Barcelone :

    Que va faire concrètement le gouvernement espagnol ?

    Ce qu’il peut faire, c'est prendre une partie de l’autonomie catalane, et surtout, la chose la plus importante qu’ils vont décider demain, c’est de convoquer des élections en Catalogne au mois de janvier, c’est-à-dire une période très courte de suspension de l’autonomie pour qu’il y ait des élections au mois de janvier.

    Et du côté de la réaction du gouvernement catalan, qu’est-ce qui peut se passer ?

    Avant que l’article 155 ne s'applique, c'est-à-dire avant vendredi 27 octobre, la réaction du gouvernement pourrait être de proclamer la République, premier scénario. Deuxième scénario possible, proclamer la République et, en plus, décider de la distribution du Parlement en convoquant des élections constituantes d’une nouvelle République.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.