GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'ex-chef d'Etat de droite Sebastian Pinera, en tête du premier tour de l'élection présidentielle au Chili, affrontera au second tour le candidat socialiste, le journaliste Alejandro Guillier, pour succéder à la présidente de gauche Michelle Bachelet. Les deux hommes étaient crédités respectivement de 36,66% et 22,64% des voix, selon des résultats partiels basés sur le dépouillement de plus de 84% des votes diffusés par l'autorité électorale chilienne (Servel).

    Dernières infos
    Europe

    Catalogne: Puigdemont, prudent, n'a toujours pas proclamé l'indépendance

    media Carles Puigdemont lors de son discours le 21 octobre 2017. Ruben Moreno Garcia/Generalitat de Catalunya/Handout via REUTERS

    Carles Puigdemont, le président de la Catalogne, est intervenu à la télévision samedi soir 21 octobre depuis la Generalitat, le siège du gouvernement catalan à Barcelone, pour répondre au gouvernement espagnol qui a décidé aujourd'hui de déclencher l'article 155 de la Constitution. Cette disposition exceptionnelle permet la mise sous tutelle de la région et son contrôle par le pouvoir central. Dans sa réponse à Mariano Rajoy, Carles Puigdemont a évité toute proclamation d'indépendance.

    Avec notre envoyé spécial à Barcelone, Benjamin Delille

    Toujours pas d’indépendance, Carles Puigdemont s’est exprimé avec la prudence dont il fait preuve depuis déjà plusieurs semaines. Il a d’abord parlé en catalan pour dénoncer le choix de Mariano Rajoy d’activer l’article 155. Et il n’a pas mâché ses mots.

    Le Premier ministre s’est selon lui « placé hors de l’Etat de droit », avec ce qu’il estime être « la pire attaque des institutions catalanes » depuis la dictature de Franco, il y a plus de 40 ans.

    Il a donc décidé de convoquer une session plénière cette semaine au Parlement catalan pour répondre à Madrid. Le Parlement, où les indépendantistes sont majoritaires, devrait conclure lui aussi que les mesures du gouvernement espagnol sont « illégales ».

    Carles Puigdemont s’est ensuite exprimé en espagnol « aux démocrates » de la péninsule, selon ses mots. Il les a appelés à rester vigilants face à ce qu’il estime être une dérive du gouvernement.

    Puis il a terminé son discours en anglais, pour s’adresser aux citoyens et aux responsables européens. Une manière de s’inscrire dans les valeurs fondamentales de l’Europe et de tenter d’en exclure Mariano Rajoy.


    La porte de sortie de Carles Puigdemont

    Avec notre correspondant à MadridFrançois Musseau

    « Une véritable attaque à la démocratie ». C’est de cette manière radicale que Carles Puigdemont a réagi à l’annonce de la mise sous tutelle de la Catalogne de la part de Madrid. A ses yeux, Madrid applique des méthodes qui rappellent l’ancien régime, une référence à la dictature franquiste.

    Le chef de file sécessionniste n’a pas apporté une réponse claire, mais ce qui est sûr c’est qu’il n’entend pas courber l’échine face au pouvoir central qui s’apprête à le destituer, lui et son gouvernement, et qui s’apprête à prendre le contrôle de la région dans son entier. Puigdemont a dit qu’une réponse urgente sera donnée à l’intérieur du Parlement de Catalogne.

    Sur place, des leaders de Podemos, la maire de Barcelone Ada Colau ont aussi parlé de « coup d’Etat à la démocratie ».

    Le leader sécessionniste sait toutefois qu’il lui reste une porte de sortie : il s’agirait pour lui, et lui seul peut le faire actuellement, de convoquer des législatives anticipées. Il peut agir en ce sens jusqu’à vendredi prochain, lorsque le Sénat espagnol se réunira pour prendre officiellement les commandes de la Catalogne. S’il ne le fait pas, on peut craindre un choc frontal entre la capitale espagnole et Barcelone.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.