GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: des contestataires anticorruption campent devant le Parlement

    media Un protestataire porte un masque représentant le président Petro Porochenko devant le Parlement à Kiev, dimanche 22 octobre 2017. REUTERS/Valentyn Ogirenko

    Un village de tentes se dresse devant le Parlement ukrainien, à Kiev, depuis le 17 octobre. Il est tenu par une centaine d’opposants au président Petro Porochenko qui réclament des réformes structurelles et même la démission du président. Le mouvement ne fait pas l’unanimité, mais il est pris très au sérieux : la plupart des protestataires sont des vétérans de la guerre de l’Est, aguerris et déterminés.

    Avec notre correspondant à Kiev,  Sébastien Gobert

    Des tentes militaires, une cantine qui offre des plats chauds, des drapeaux et des posters couverts de slogans politiques. Le village de tentes veut se donner un air du Maïdan de 2014.

    A l’époque, Yehor Sobolev était un militant anticorruption très populaire. Il a été élu au Parlement. Mais après 3 ans dans l’hémicycle, il accuse Petro Porochenko d’avoir reconstitué une verticale de corruption à son profit. Il ne croit plus aux réformes par la seule voie politique. « Sans la pression de la rue, nous ne pourrons pas venir à bout de la spirale de corruption dont profite le pouvoir actuel », dit-il.

    Cette critique est partagée par un large pan de la société civile. Mais beaucoup se sont dissociés du mouvement après des échauffourées le 17 octobre entre groupes paramilitaires radicaux et policiers antiémeutes.

    Bohdan Lezitski, membre du bataillon Donbass, longtemps engagé dans la guerre à l’Est, revendique le caractère paramilitaire de cette mobilisation. « Ce n’est pas le Maïdan de 2014 tenu par des citoyens pacifiques. C’est un camp révolutionnaire, avec des vétérans de guerre », assure-t-il.

    Ce sont des hommes aguerris qui sont déployés aux alentours du Parlement. Ils ne le cachent pas : tout est pour une radicalisation du mouvement, s’ils n’obtiennent pas satisfaction.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.