GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Autriche: Kurz invite le parti d'extrême-droite FPÖ à participer au gouvernement

    media Le président Alexander Van der Bellen a reçu le chef du Parti populaire autrichien, Sebastian Kurz, lundi 23 octobre. Arrivé en tête des législatives du 15 octobre, il doit former un gouvernement. REUTERS/Heinz-Peter Bader

    En Autriche, Sebastian Kurz, le jeune leader conservateur arrivé en tête des élections législatives anticipées le dimanche 15 octobre, a fait un pas de plus vers une coalition avec l’extrême-droite. Il a officiellement invité le FPÖ, arrivé lui 3e aux élections, à des négociations exclusives pour former un gouvernement. Une alliance entre conservateurs et extrême droite est le scénario privilégié par bon nombre d’observateurs depuis plusieurs semaines mais pour autant, l’annonce de négociations exclusives est intervenue très rapidement.

    avec notre correspondante à Vienne, Isaure Hiace

    Sebastian Kurz n’a pas perdu de temps. Moins de dix jours après les élections législatives, il annonce avoir déjà un partenaire privilégié pour les négociations : le FPÖ. Si elle est rapide, l’annonce n’est pas tellement surprenante. Dès samedi, Sebastian Kurz semblait en effet très satisfait après son entrevue avec Heinz-Christian Strache, le leader d’extrême-droite. Tandis qu’il a été bien silencieux dimanche, après son entretien avec Christian Kern, le chef du parti social démocrate, arrivé lui second aux élections.

    Mais pour que l’alliance entre conservateurs et extrême droite soit entérinée, il faut que les deux partis tombent d’accord sur qui entre au gouvernement et à quels postes. Sebastian Kurz a déjà prévenu : il veut un gouvernement pro-européen, qui s’engage contre l’antisémitisme. Conditions difficiles à priori à remplir pour le FPÖ, parti eurosceptique, fondé par d’anciens nazis en 1956 mais Sebastian Kurz assure que le FPÖ a « une forte volonté de changement ».

    Le parti a d’ailleurs d’ores et déjà exigé le ministère de l’Intérieur et voudrait également celui des affaires étrangères et européennes. C’est là que les négociations risquent d’être ardues. Sebastian Kurz a simplement précisé qu’il voulait un gouvernement avant Noël.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.