GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Arabie saoudite rappelle son ambassadeur à Berlin pour protester contre une déclaration allemande sur le Liban (agence)
    • Syrie/chimique: nouveau veto russe à une résolution prolongeant les enquêtes internationales
    • Liban: Hariri affirme être «en route pour l'aéroport» pour quitter Ryad (tweet)
    Europe

    Vénétie et Lombardie: le gouvernement italien coince sur la fiscalité

    media En Lombardie, 38% des électeurs se sont déplacés pour voter oui à 95% au référendum d'autonomie. En Vénétie, la participation a atteint 57% et le oui a dépassé 98%. REUTERS/Alessandro Garofalo

    Après les référendums de dimanche 22 octobre, deux régions italiennes gouvernées par la Ligue du Nord annoncent leur intention de demander à Rome plus d’autonomie. La Lombardie et la Vénétie veulent des compétences exclusives sur la gestion de pans entiers de leur économie et souhaitent une révision des calculs de leurs contributions au budget de l’Etat. Une négociation va s’ouvrir, elle s’annonce difficile.

    Avec notre correspondante à Rome,  Anne Tréca

    Les gouverneurs de Vénétie et de Lombardie ont des objectifs qui se ressemblent : les pleins pouvoirs aux régions dans la gestion de plusieurs secteurs comme la santé, l’éducation, les infrastructures, l’environnement ou les biens culturels pour plus d’efficacité et moins de gaspillage. La Constitution prévoit la possibilité d’une réforme et Rome est prête à ouvrir des négociations, probablement difficiles, mais pacifiques.

    La surprise est venue du leader de la petite Vénétie. L’homme fort de la Ligue du Nord veut que les 9/10e des recettes fiscales de sa région y restent sans partir à Rome alimenter les caisses de l’Etat et bénéficier aux provinces pauvres du Sud. Son voisin lombard n’est pas aussi radical, mais intéressé à l’affaire.

    Ceci est une provocation, a tonné le gouvernement qui exclut toute négociation. La Vénétie et la Lombardie produisent ensemble un tiers de la richesse italienne. Sans elles, le sud de la péninsule serait asphyxié.

    Avec son référendum, le gouverneur vénète ne représente finalement que deux millions d’électeurs. C’est peu pour remettre en question l’unité du pays.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.