GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: censure contre les universitaires sur le Brexit?

    media L’université d’Oxford. Le chancelier de la prestigieuse université Lord Patten n’a pas hésité à qualifier la lettre de Chris Heaton-Harris de «stupide et choquante». Getty Images/Contributeur

    Un député conservateur a semé l'émoi dans le monde universitaire britannique en demandant de quelle manière était abordé le dossier du Brexit dans les établissements d'enseignement supérieur du pays, laissant craindre une forme de censure.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Dans une lettre envoyée à toutes les universités du pays, Chris Heaton-Harris demande aux différents recteurs s'ils auraient « l'obligeance de lui fournir les noms des professeurs chargés des cours sur les affaires européennes et le Brexit en particulier » ainsi que le « programme enseigné dans chaque établissement ».

    La missive au ton des plus polis et innocents n'a pourtant pas manqué de provoquer la suspicion et la colère des universitaires : ils y ont immédiatement décelé une tentative de porter atteinte à la liberté d'enseignement de la part d'un eurosceptique notoire et fervent « brexiter ».

    Criant à la censure, ils ont même dénoncé une initiative aux forts relents de chasse aux sorcière McCarthyste. La lettre a été critiquée jusque dans les rangs du parti conservateur : Lord Patten, chancelier de la prestigieuse université d'Oxford n'a pas hésité à parler d'une lettre « stupide et choquante ».

    Quant aux services de la Première ministre Theresa May, ils se sont très vite désolidarisés du député précisant qu'il avait envoyé cette lettre en son nom propre et pas en tant que membre du gouvernement. Chris Heaton-Harris a réagi à la tempête sur Twitter en affirmant « croire à la liberté d'expression et à la tenue d'un débat ouvert sur le Brexit ». Il n'a néanmoins toujours pas expliqué pourquoi il tenait tant à avoir cette liste entre les mains.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.