GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    France: la ministre des Transports Élisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire
    Dernières infos
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    • Élection de von der Leyen: «Nous pouvons être fiers de l'Europe» (Macron)
    • Élection von der Leyen: Merkel félicite une européenne «convaincue»
    • Les Etats-Unis souhaitent la poursuite du dialogue avec Pyongyang malgré sa mise en garde
    • Football: le Cameroun se sépare de Clarence Seedorf (sélectionneur) et de Patrick Kluivert (adjoint)
    • Disparition du musicien sud-africain Johnny Clegg (médias locaux)
    • Von der Leyen appelle tous les eurodéputés à travailler ensemble «de façon constructive»
    • L'Allemande Ursula von der Leyen élue de justesse à la tête de la Commission européenne
    • Achat de missiles russes: Trump insiste sur les «bonnes relations» avec Ankara
    Europe

    A la veille d'une mise sous tutelle de la Catalogne, le bras de fer continue

    media Des manifestants demandent «la République maintenant !», à Barcelone, mercredi 25 octobre 2017. REUTERS/Rafael Marchante

    En Espagne, alors que la mise sous tutelle de la Catalogne doit intervenir vendredi 27 octobre, aucune solution de crise n’est en vue. Le président indépendantiste, Carles Puigdemont, a décliné l’invitation de s’exprimer ce jeudi devant le Sénat qui doit se prononcer sur la suspension de l’autonomie de la Catalogne vendredi. Le chef du gouvernement Mariano Rajoy, de son côté, a affirmé que la mise sous tutelle était la « seule réponse possible » face aux aspirations indépendantistes.

    La tension monte entre les autorités espagnoles et le gouvernement catalan. Chaque partie accuse l’autre de refuser le dialogue.

    Du coup, Madrid se prépare à prendre le contrôle de la Catalogne en vertu du fameux article 155 de la Constitution. Le Sénat se réunira en séance extraordinaire vendredi et votera des mesures drastiques qui prendront effet samedi. Le gouvernement catalan sera destitué. L’administration et la police soumises aux autorités centrales. Quant au Parlement régional, il sera suspendu jusqu’à la tenue de nouvelles élections. Un scénario qui ne fait que renforcer la détermination de certains indépendantistes. Mais pas tous.

    Car contrairement à la position de Madrid, soutenu par l’opposition, Barcelone hésite sur la stratégie à adopter. Certains comme Carles Puigdemont souhaitent déclarer l’indépendance encore ce vendredi au moment où le Sénat votera la mise sous tutelle. D’autres mettent en garde contre une rupture totale.

    Les enseignants dans la rue

    Mercredi soir, les sympathisants de l’indépendance sont à nouveau descendus dans les rues à Barcelone. La mobilisation a été faible. Seulement 700 personnes, selon la police municipale, se sont réunies dans la soirée de mercredi sur la place Sant Jaume de Barcelone, le cœur politique et administratif de la ville, pour revendiquer le modèle éducatif catalan et réclamer une république catalane. Un mouvement en réaction aux propos de certaines figures politiques comme le ministre de l'Education qui avait déclaré il y a deux semaines vouloir modifier la Constitution après avoir condamné l'endoctrinement dans les écoles catalanes. Une modification qui pourrait avoir lieue après l'application de l'article 155.

    Le gouvernement espagnol veut intervenir sur l'éducation tel qu'elle est gérée en Catalogne sous prétexte qu'on fait de la politique avec les petits, et ça c'est complètement faux. On parle naturellement les deux langues, tout le monde en Catalogne est parfaitement bilingue.

    Les enseignants manifestent à Barcelone 26/10/2017 - par Leticia Farine Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.