GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un an après sa disparition, le sous-marin argentin «San Juan» a été localisé dans l'Atlantique (officiel)
    • Incendie en Californie: le nombre de disparus dépasse 1000 personnes (shérif)
    • Les Etats-Unis vont établir une base militaire en Papouasie-Nouvelle-Guinée (Pence)
    • Le programme chinois des «Routes de la soie» n'est «pas un piège» (Xi Jinping)
    • Xi Jinping devant l'Apec: le protectionnisme est «voué à l'échec»
    Europe

    Le jour où la Catalogne a déclaré son indépendance

    media Le président catalan Carles Puigdemont et les députés applaudissent après le vote de la résolution déclarant que la Catalogne devient un Etat indépendant». REUTERS/Albert Gea

    Le Parlement de Catalogne a adopté ce vendredi 27 octobre une résolution déclarant que la région devient un « Etat indépendant prenant la forme d'une République ». A Madrid, le chef du gouvernement espagnol a annoncé la destitution du Parlement catalan et des élections régionales le 21 décembre.

    L'essentiel :

    • Le Parlement catalan a proclamé l'indépendance de la Catalogne par 70 voix pour, dix voix contre, et deux votes blancs, en l'absence de l'opposition.
    • A Madrid, le Sénat espagnol a approuvé à 214 voix contre 47 et une abstention  le recours à l'article 155 de la Constitution, plaçant la région sous tutelle.
    • Le chef du gouvernement central Mariano Rajoy destitue Carles Puigdemont et son gouvernement, et dissout le Parlement catalan.
    • L'Union européenne refuse unanimement de reconnaître la déclaration d'indépendance.

    (Les horaires sont indiquées en heure de Paris et d'Espagne)

    20h42 : A son tour, le Canada se prononce en faveur d'une « Espagne unie ». « Suivant les principes légaux internationaux reconnus par la Cour suprême du Canada, ces décisions doivent être prises au sein du cadre constitutionnel », a affirmé Andrew Leslie, le secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, rejetant par conséquent la déclaration unilatérale d'indépendance du Parlement catalan.

    « Un dialogue entre l'Espagne et la Catalogne au sein du cadre constitutionnel demeure la meilleure voie à suivre », a-t-il estimé.

    20h34 : A l'issue d'un Conseil des ministres extraordinaires, le chef du gouvernement central Mariano Rajoy annonce la destitution du président de la Generalitat Carles Puigdemont et son gouvernement, et la dissolution du Parlement catalan. Il annonce des élections régionales le 21 décembre.

    « Ce sont les premières mesures que nous mettons en marche pour éviter que ceux qui étaient jusqu'à maintenant responsables de (l'exécutif catalan) puissent poursuivre leur escalade de désobéissance », a déclaré le président du gouvernement espagnol.

    Indépendance de la Catalogne, édition spéciale 20h10-20h30 Avec : - Cyril Trépier, géographe, chargé de cours à l’université de Cergy Pontoise auteur livre «Géopolitique de l’indépendantisme en Catalogne» chez l’Harmattan (2016) - Alex Susanna, écrivain et ancien directeur de la fondation Caxa Catalunya - Gabriel Colomé, professeur de sciences politique à l’Université autonome de Barcelone 27/10/2017 - par Romain Auzouy Écouter

    20h20 : A Barcelone, les indépendantistes se sont rassemblés sur la place San Jaume, le coeur administratif et politique de la région. La place et ses artères sont noires de monde, constate notre correspondante Leticia Farine. Après les larmes de joie et les embrassades, l'heure est à la fête. Verre d'alcool à la main, les manifestants chantent l'hymne catalan et crient les slogans de la lutte. « Vive la Catalogne », « vive la liberté », « les rues de Catalogne nous appartiendront toujours », lancent-ils.

    Certains ont fait des centaines de kilomètres pour prendre part à ce que beaucoup considèrent comme la première fête de la République catalane. Malgré l'incertitude, certains disent ne pas avoir peur. D'autres reconnaissent être un peu nerveux à cause des conséquences de l'article 155, adopté par le Sénat, et de la possible répression de Madrid.

    Des manifestants laissent éclater leur joie à Barcelone après que le Parlement catalan a déclaré l'indépendance de la Catalogne, le 27 octobre 2017. REUTERS/Yves Herman

    20h03 : A Madrid, le chef du gouvernement Mariano Rajoy préside un Conseil des ministres extraordinaire.

    Le Conseil des ministres extraordinaire réuni par le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy doit étudier la mise en application de l'article 155 de la Constitution. REUTERS/Moncloa/Diego Crespo/Handout via REUTERS

    19h17 : Après la déclaration d'Emmanuel Macron à la presse un peu plus tôt dans l'après-midi, Paris annonce officiellement ne pas reconnaître la déclaration d'indépendance de la Catalogne. « La Constitution de l'Espagne doit être respectée. C'est donc dans ce cadre, qui est celui de l'Etat de droit, que la question de la Catalogne doit être envisagée. C'est la raison pour laquelle la France ne reconnaît pas la déclaration d'indépendance que le Parlement catalan vient d'adopter », déclare le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans un communiqué.

    18h47 : Après la déclaration d'indépendance du Parlement catalan, les banques catalanes ont chuté à la Bourse de Madrid. Banco Sabadell était en tête de la dégringolade, son cours perdant 4,85% à la clôture. Le mouvement de repli des entreprises vers d'autres régions espagnoles, déjà inquiétant, devrait s'accentuer.

    (RE)LIRE : Indépendance de la Catalogne: l'incertitude menace l'économie

    18h42 : Le parquet général d'Espagne va engager la semaine prochaine une procédure judiciaire contre le président catalan Carles Puigdemont « pour rébellion ». Un délit passible d'une peine de prison allant jusqu'à 30 ans.

    18h24 : A son tour, le Royaume-Uni déclare qu'il « ne reconnaît et ne reconnaîtra pas la déclaration unilatérale d'indépendance » de la Catalogne. « Elle est basée sur un vote qui a été déclaré illégal par les tribunaux espagnols. Nous continuons à vouloir voir l'Etat de droit maintenu, la Constitution espagnole respectée, et l'unité préservée », a annoncé un porte-parole du gouvernement britannique.

    18h09 : L'Union européenne « n'a pas besoin d'autres fissures, d'autres fractures », a pour sa part estimé le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, qui accompagne Emmanuel Macron en Guyane. « Je ne voudrais pas que demain l'Union européenne se compose de 95 Etats membres », a-t-il poursuivi.

    18h07 : Mariano Rajoy « a mon plein soutien », a assuré le président français Emmanuel Macron, en visite en Guyane. « J'ai un interlocuteur en Espagne, c'est le Premier ministre Rajoy (...) Il y a un Etat de droit en Espagne, avec des règles constitutionnelles. Il veut les faire respecter et il a mon plein soutien », a-t-il déclaré.

    17h52 : L'Allemagne ne reconnaît pas la déclaration d'indépendance de la Catalogne. Sur Twitter, Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel, a affirmé que « le gouvernement allemand voit l'aggravation de la situation en Catalogne avec inquiétude » et « ne reconnaît pas une telle déclaration d'indépendance ».

    17h01 : Les Etats-Unis disent soutenir « l'unité » de l'Espagne. « La Catalogne fait partie intégrante de l'Espagne, et les Etats-Unis soutiennent les mesures constitutionnelles du gouvernement espagnol visant à maintenir l'Espagne forte et unie », a indiqué le département d'Etat dans un communiqué.

    16h41 : Le président catalan Carles Puigdemont appelle les Catalans à rester pacifiques et civiques. « Viennent des heures pendant lesquelles il nous faudra maintenir l'élan de ce pays (la Catalogne, ndlr) et le maintenir surtout sur le terrain de la paix, du civisme et de la dignité », a-t-il déclaré devant des députés et maires séparatistes à l'intérieur du Parlement catalan.

    16h28 : Mariano Rajoy convoque un Conseil des ministres extraordinaire pour 18h (16h TU). C'est là que seront adoptées les premières mesures, c'est-à-dire la destitution du gouvernement régional et la mise sous tutelle directe de la police catalane. Des mesures qui vont être difficiles à mettre en oeuvre, car les partisans de l'indépendance ont déjà appelé à une campagne désobéissance civile.

    16h17 : « Pour l'Union européenne, rien ne change, tweete Donald Tusk. L'Espagne reste notre seul interlocutrice. » Le président du Conseil européen appelle le gouvernement espagnol à favoriser « la force de l'argument, et non pas l'argument de la force ».

    Depuis le début de la crise catalane, l'Union européenne a toujours montré son soutien très ferme au gouvernement central espagnol, au nom du respect de la « Constitution espagnole ».

    16h12 : A Madrid, le Sénat espagnol approuve le recours à l'article 155 de la Constitution, plaçant la région sous tutelle. La proposition recueille 214 voix pour, 47 contre et une abstention.

    15h39 : A Madrid, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a aussitôt réagi : « L'Etat de droit restaurera la légalité en Catalogne ».

    15h29 : Le Parlement catalan déclare l'indépendance. La motion a été adoptée par 70 voix pour, dix voix contre, et deux votes blancs, a annoncé la présidente du Parlement régional, qui compte au total 135 élus. Le vote a été boycotté par les élus du Parti socialiste (PSOE), du Parti populaire (conservateurs, PP) et de Ciudadanos (centre), qui ont quitté l'hémicycle en signe de protestation.

    Dans ses attendus, la résolution demande à l'exécutif catalan de négocier sa reconnaissance à l'étranger, alors qu'aucun Etat n'a manifesté son soutien aux indépendantistes.

    Nous, représentants démocratiques du peuple de Catalogne, dans le libre exercice du droit à l'autodétermination et en accord avec le mandat que nous a octroyé la citoyenneté de Catalogne, nous constituons la République catalane en tant qu'Etat indépendant et souverain de droit, démocratique et social.
    La présidente du Parlement catalan, Carme Forcadell, lit la motion de déclaration d'indépendance 27/10/2017 Écouter

    Cette proclamation solennelle avait déjà été signée, sans être votée, par les députés indépendantistes le 10 octobre. Le Tribunal constitutionnel espagnol l'avait alors invalidée, ainsi que le référendum d'autodétermination organisé par le gouvernement catalan le 1er octobre et toutes les mesures complémentaires.

    L'annonce de la proclamation d'une République catalane a été saluée par les clameurs de joie de dizaines de milliers de manifestants indépendantistes à Barcelone massés à l'extérieur du parc abritant le Parlement catalan.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.