GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
Aujourd'hui
Mercredi 22 Août
Jeudi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: un ministre visé par une enquête pour harcèlement sexuel

    media Mark Garnier, le 29 octobre 2017. Handout / PRU / AFP

    Le gouvernement britannique a annoncé dimanche 29 octobre une enquête sur les agissements du ministre du Commerce international, qui a reconnu avoir demandé à sa secrétaire d'acheter des sex toys, au moment où plusieurs hommes politiques sont accusés d'avoir eu des attitudes inappropriées envers leurs collaboratrices.

    Avec notre correspondante à Londres,  Marina Daras

    C'est le journal dominical The Mail on Sunday qui rapporte les faits. Mark Garnier, le secrétaire d’État au Commerce international, aurait demandé à sa secrétaire Caroline Edmondson de lui acheter des accessoires érotiques et lui aurait donné un surnom à caractère sexuel, complimentant sa poitrine.

    Mark Garnier s’est défendu, affirmant qu’il s’agissait d’un jeu bon enfant et que « cela ne constituait absolument pas du harcèlement sexuel ». Mais le gouvernement de Theresa May a annoncé l’ouverture d’une enquête pour déterminer si le ministre avait violé le code de conduite ministériel.

    La presse britannique a récemment révélé l’existence d’une culture du harcèlement sexuel parmi les députés britanniques et le personnel travaillant au Parlement. La porte-parole de Theresa May a déclaré vendredi 27 octobre que tout comportement de harcèlement à caractère sexuel était « totalement inacceptable » et que tout ministre se livrant à de tels actes devra en subir « les graves conséquences ».

    Pour Jeremy Corbyn, le chef de l’opposition, cette « culture dégradante existe réellement et prospère dans les coulisses du pouvoir  ». Il dénonce « cette culture qui a toléré les violences faites aux femmes depuis bien trop longtemps. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.