GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Trump: les USA détermineront «dans les deux prochains jours» qui a tué Khashoggi
    • L'ex-chef de milice centrafricain Yekatom est arrivé au centre de détention de la CPI (porte-parole)
    • Etats-Unis: le candidat démocrate au poste de gouverneur de Floride concède sa défaite
    Amériques

    Ingérence russe: les accusations relèvent du «fantasme» dit Lavrov

    media Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 13 juillet 2017. John MACDOUGALL / AFP

    Après les nouvelles révélations dans l'enquête sur une éventuelle ingérence de Moscou dans la campagne présidentielle américaine de 2016, Moscou dément. Pour les autorités russes, les inculpations lundi aux Etats-Unis de trois anciens membres de l'équipe de campagne de Donald Trump ne changent rien au fond du dossier.

    Avec notre correspondant à Moscou,  Daniel Vallot

    « Cela fait neuf mois que cette enquête a débuté, mais personne n'est en mesure de présenter la moindre preuve d'une implication russe ». Pour Sergueï Lavrov, les accusations proférées à l'encontre de Moscou relèvent donc du « fantasme », aux Etats-Unis, comme en Europe.

    « Nous avons été accusés d'être derrière le Brexit, de vouloir influencer les élections en Suède, en France, en Allemagne, tout cela sans la moindre preuve », a ironisé Sergueï Lavrov.

    Même son de cloche du côté du Kremlin : « Ces accusations sont ridicules et sans fondement », a martelé Dmitri Peskov. Le porte-parole de la présidence russe souligne que rien dans l'acte d'accusation révélé lundi ne suggère de collusion entre l'équipe du candidat Trump et les autorités russes.

    Pas un mot, en revanche, des révélations concernant George Papadopoulos, l'ancien conseiller de Donald Trump qui a reconnu avoir menti sur ses contacts avec des intermédiaires russes. « Nous espérons que tout cela ne renforcera pas l'hystérie russophobe » qui règne actuellement aux Etats-Unis, a simplement déclaré le porte-parole du Kremlin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.