GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: Boris Johnson tente de rectifier le tir après un nouvel impair

    media Devant le Parlement, le ministre a annoncé mardi 7 novembre qu'il se rendrait en Iran dans les prochaines semaines et s'est dit «désolé» que ses propos aient été «à ce point sortis de leur contexte et mal interprétés». Parliament TV Handout via REUTERS

    Vivement critiqué après des propos qui pourraient aggraver le cas d'une citoyenne irano-britannique actuellement emprisonnée en Iran, Boris Johnson a dû s'expliquer devant le Parlement ce mardi 7 novembre. Le ministre des Affaires étrangères a annoncé son intention de se rendre en Iran pour plaider la cause de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, mais a refusé d'admettre qu'il avait commis une erreur.

    Boris Johnson a commis un nouvel impair en tentant de défendre le cas de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, emprisonnée depuis 18 mois en Iran pour appel à la sédition.

    Le chef de la diplomatie britannique avait en effet déclaré devant une commission parlementaire, le 1er novembre, que cette citoyenne irano-britannique de 38 ans formait des journalistes en Iran lors de son arrestation le 3 avril 2016, alimentant les accusations de Téhéran alors que ses proches ont toujours affirmé qu'elle était en vacances pour présenter sa petite fille à ses grands-parents.

    Quelques jours après la déclaration de Boris Johnson, la jeune femme a été à nouveau accusée de diffuser de la propagande contre le régime, ce qui pourrait rallonger sa peine de 16 ans. Sous la pression croissante des députés et des médias, Boris Johnson a fini par reconnaître que ses propos « auraient pu être plus clairs » et qu'il était « désolé qu'ils aient été source d'angoisse pour la famille » de la jeune femme.

    Le ministre a promis de se rendre en Iran pour tenter d'avoir un entretien avec elle et plaider sa cause auprès du régime iranien. Mais pour de nombreux députés lassés des agissements controversés de Boris Johnson, il s’agit de la bourde de trop. Ils appellent à sa démission : pour eux, il sape la réputation du Royaume-Uni et fragilise encore un peu plus le gouvernement de Theresa May.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.