GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'ex-chef d'Etat de droite Sebastian Pinera, en tête du premier tour de l'élection présidentielle au Chili, affrontera au second tour le candidat socialiste, le journaliste Alejandro Guillier, pour succéder à la présidente de gauche Michelle Bachelet. Les deux hommes étaient crédités respectivement de 36,66% et 22,64% des voix, selon des résultats partiels basés sur le dépouillement de plus de 84% des votes diffusés par l'autorité électorale chilienne (Servel).

    Dernières infos
    Europe

    Grève en Catalogne: mobilisation pour la libération des prisonniers politiques

    media Les manifestants demandent la libération des prisonniers politiques, ce 8 novembre 2017 à Barcelone. REUTERS/Albert Gea

    Ce mercredi 8 novembre, un mouvement de grève générale a eu lieu en Catalogne à l’appel de l’intersyndicale indépendantiste CSC. La grève, qui devait se faire officiellement pour des raisons sociales et relatives à l’emploi, a surtout été le moyen pour les mouvements indépendantistes d’appeler une nouvelle fois à la libération des prisonniers politiques et à la lutte contre l’article 155 de la Constitution. Le mouvement s’est caractérisé par la paralysie du trafic routier et par des perturbations de train avant de se poursuivre par deux grandes manifestations.

    Avec notre correspondante à Barcelone, Leticia Farine

    Dans une ambiance solennelle, les manifestants ont chanté en chœur l’Estaca, une chanson composée en 1968 durant la dictature de Franco en Espagne. Symbole de la lutte contre l’oppression franquiste en Catalogne, elle est devenue depuis un hymne du combat des hommes pour la liberté.

    C’est justement ce que réclamaient ce mercredi soir les manifestants pour les membres du gouvernement catalan actuellement en détention provisoire, ainsi que pour deux leaders indépendantistes derrière les barreaux. « Nous avons des prisonniers politiques derrière les barreaux, ils ont réduit toutes nos libertés et nous sommes un peuple opprimé donc nous sommes dans la rue pour défendre notre dignité. Nous devons faire avancer le pays. Ce n’est pas facile de faire une grève dans cette situation, explique Silvia Palomares, 50 ans. Que les gens ne pensent pas que ce soit simple, il faut renoncer à un jour de salaire et ce n’est pas non plus facile pour les entreprises. La situation est compliquée, alors que chacun fasse ce qu’il peut et comme il le peut. Mais il faut toujours continuer de lutter. »

    Lutter dans la rue, mais également massivement par les urnes lors des élections législatives du 21 décembre, voici les objectifs des indépendantistes dont fait partie Toni Borrell, médecin de 62 ans : « Ça va être comme les autres référendums, on va voir si les listes indépendantistes ont plus de votes que les listes unionistes, c’est ça que l’on va compter ».

    La grève s’est poursuivie tard dans la soirée avec des perturbations du trafic routier.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.