GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Aujourd'hui
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Pays-Bas: l’opinion publique indignée par les révélations des Paradise Papers

    media Le Parlement néerlandais, le Binnenhof, à La Haye
    (CC BY-SA 2.5 / Markus Bernet)

    Les révélations des Paradise Papers ont montré l’existence de mécanismes d’optimisation et d’évasion fiscale à travers le monde. Mais chez nous aussi, en Europe, se nichent des paradis fiscaux. À l’instar des Irlandais ou des Luxembourgeois, les Néerlandais font partie des pays européens qui ont la politique fiscale la plus active pour attirer les grands groupes. Cela se passe la plupart du temps par le biais de rescrits fiscaux, qui ici sont particulièrement attirants. Depuis les révélations des Paradise Papers, les Néerlandais sortent de leur indifférence et demandent désormais des comptes.

    Avec notre bureau à Bruxelles,

    Selon les révélations des Paradise Papers, si l'équipementier Nike a réussi à dissimuler des milliards d’euros au fisc américain via les Bermudes, c’est grâce à un montage juridique d’origine néerlandaise. C’est en rapatriant ses revenus européens aux Pays-Bas que l’entreprise a réussi à échapper à beaucoup d’administrations fiscales dans l’UE.

    Rompant avec la vision positive du profit cultivée depuis des siècles, certains Néerlandais vont jusqu’à se déclarer choqués, y compris des auteurs d’éditoriaux. Au Parlement, un mouvement initié par le parti Groenlinks, la Gauche verte, a même demandé un débat. Cette requête a rapidement été reprise à leur compte par les autres partis y compris ceux de la majorité.

    Ce mouvement nouveau de l’opinion néerlandaise est à relier en grande partie avec la révélation d’un rescrit fiscal accordé, hors de tout contrôle, à l’entreprise Procter & Gamble pour une société boîte aux lettres aux îles Caïman. La firme aurait échappé à 169 millions d’euros d’impôts néerlandais.

    Le nouveau ministre de l’Economie approuve l’idée de lutter contre l’évasion fiscale et les sociétés boîte aux lettres, alors que le secrétaire d’Etat aux Finances annonce une enquête sur les rescrits fiscaux accordés à 4000 entreprises étrangères.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.