GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'ex-chef d'Etat de droite Sebastian Pinera, en tête du premier tour de l'élection présidentielle au Chili, affrontera au second tour le candidat socialiste, le journaliste Alejandro Guillier, pour succéder à la présidente de gauche Michelle Bachelet. Les deux hommes étaient crédités respectivement de 36,66% et 22,64% des voix, selon des résultats partiels basés sur le dépouillement de plus de 84% des votes diffusés par l'autorité électorale chilienne (Servel).

    Dernières infos
    Europe

    La Norvège devant la justice pour ses prospections pétrolières en Arctique

    media Le cercle arctique, dans l'hémisphère nord. Jonathan NACKSTRAND / AFP

    L'Etat norvégien est attaqué en justice sur le climat. Le procès s'est ouvert à Oslo ce mardi 14 novembre 2017. Les ONG Greenpeace, Natur og Ungdom, mais aussi Grandparents' Climate Campaign qui a rejoint la procédure en cours, accusent l'Etat nordique d’avoir autorisé la prospection pétrolière en Arctique en 2016, un mois seulement après avoir signé l’accord de Paris.

    Ils ont ressorti de l’armoire leurs habits des grandes occasions : le bunad, costume national norvégien. Une façon, disent les responsables d'ONG, de « souligner la gravité de ce procès pour les générations futures ».

    Des ONG poursuivant l'Etat en justice, c'est une première en Norvège. Il s'agit, expliquent les plaignants, de mettre ce pays, le plus gros producteur d'or noir d'Europe, face à ses propres contradictions.

    La Norvège a été parmi les premières nations à signer l'accord de Paris le 22 avril 2016. Un mois après, Oslo accordait des licences d’exploitation du pétrole en Arctique, dans des zones jamais ouvertes à la prospection, à la limite de la banquise, dans les eaux de la mer de Barents.

    La salle d'audience du procès de l'Etat norvégien, ce mercredi 14 novembre 2017. Au fond derrière la vitre, les plaignants en tenue traditionnelle. REUTERS/Gwladys Fouche

    Les risques pourraient être énormes

    Les risques en cas d'accident, disent les spécialistes, pourraient être énormes. Cette décision, précisent les défenseurs de l'environnement, est non seulement contraire à l'accord de Paris, mais aussi à la Constitution norvégienne, dont l'article 112 garantit le droit de tous les Norvégiens à un « environnement salubre ».

    Le ministre norvégien de l'Energie de l'époque avait pour sa part évoqué un « nouveau chapitre dans l’histoire de l’industrie norvégienne », vantant les créations d'emplois à venir. Les revenus pétroliers du pays sont en net recul. Ces 15 dernières années, la production de brut a été divisée par deux.

    Selon les ONG, la plainte déposée en octobre 2016 contre la Norvège est la première plainte déposée contre un Etat en s'appuyant sur l'accord signé lors de la COP21 et entré en vigueur en novembre 2016.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.