GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 26 Avril
Samedi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    A Bonn, la conférence climat de l'ONU plombée par la défection américaine

    media Des enfants demandent aux leaders mondiaux de «sauver le monde», le 6 novembre 2017, lors de la COP23 à Bonn. REUTERS/Wolfgang Rattay

    Ce vendredi 17 novembre à Bonn, les délégués de près de 200 pays bouclent une 23e conférence climat de l'ONU (COP23) plombée par la défection des Etats-Unis, un pays bien décidé à quitter l'accord mondial contre le réchauffement.

    Ce vendredi 17 novembre à Bonn, les négociateurs mettront sur la table de la réunion plusieurs propositions, indispensables pour mettre en oeuvre à partir de 2020 l'accord de Paris contre le réchauffement : comment les pays rendent compte de leurs actions contre le réchauffement, quel suivi pour l'aide financière promise par les pays riches, etc. Mais rien n'est encore tranché sur le fond: ce sera le rôle de la COP24, prévue en décembre 2018 à Katowice (Pologne).

    Les pays devaient aussi s'accorder à Bonn sur le lancement d'un « dialogue » d'un an pour aboutir à la révision à la hausse, en 2020, des promesses nationales de réduction des gaz à effet de serre (GES). Selon l'ONU, les engagements actuels des Etats couvrent à peine un tiers des réductions de GES nécessaires.

    Il faut réagir! Et cela dès la COP24 en 2018!

    Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire 17/11/2017 - par Christine Siebert Écouter

    En 2017, mauvaise nouvelle, les émissions de CO2 liées aux énergies fossiles (gaz, pétroles, charbon), responsables de l'essentiel du réchauffement, sont reparties à la hausse, après trois ans de relative stabilité, ont aussi alerté les scientifiques. Se succédant à la tribune pendant deux jours, les responsables de gouvernements ont rappelé leur engagement climatique.

    « Le coeur n'y était pas »

    Mais parmi les délégations, « c'est comme si le coeur n'y était pas », souligne le Malien Seyni Nafo, chef du groupe des pays africains. « Avec la sortie de Trump, les étoiles ne sont pas très alignées », dit-il. « La position des Etats-Unis a une influence sur les pays développés et cela a des conséquences sur le positionnement des grands pays en développement. Il y a comme un attentisme, chacun s'observe dans les négociations. Quand un des acteurs ne joue pas sa partition, il n'y a plus d'émulation ».

    Pourquoi attendre le lancement du fameux « dialogue » pour relever les ambitions, demande-t-il. « Où sont les vrais champions ? Les négociateurs font leur travail, mais les politiques ? La conjoncture actuelle est plutôt morose ». L'administration Trump, qui a annoncé en juin le retrait des Etats-Unis de l'accord, a envoyé une délégation pour « protéger les intérêts américains ». Elle a aussi organisé une réunion, en marge des négociations, pour faire valoir le rôle des énergies fossiles.

    Mohamed Adow, dont l'ONG Christian Aid défend les pays pauvres, se félicite que les participants à la COP aient réagi, notamment en lançant une « alliance pour la sortie du charbon », initiée par le Canada et le Royaume Uni. « Mais nous avons perdu le leadership diplomatique des Etats-Unis qui pouvait contribuer à faire avancer le processus », dit-il aussi, appelant l'Allemagne, la France, les Etats-Unis, le Japon, à prendre le relais.

    L'occasion de faire mieux ?

    « Notre tâche a été encore compliquée par le désengagement du premier émetteur historique », a dit jeudi à la tribune le Maldivien Thoriq Ibrahim, au nom des petites îles. « Mais ce processus n'en est pas à sa première difficulté politique et ce développement malheureux devrait être vu comme l'occasion de faire mieux ».

    Laurence Tubiana, cheville ouvrière de l'accord climat de Paris, voit aussi des progrès : « Cette COP a été un moment de mélange complet entre les gouvernements, les autorités locales, les entreprises, tous les acteurs », réunis dans une vaste zone non loin des halls de négociations. Etats et villes américaines en particulier sont venues en force. Prochaine étape, un sommet organisé la 12 décembre à Paris, pour maintenir la dynamique, et notamment avancer sur l'épineuse question des financements des politiques climatiques.

    (avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.