GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 24 Juillet
Mercredi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Crise politique en Allemagne: le SPD sous pression

    media Et si le SPD de l'ancien président du Parlement européen, Martin Schulz, était finalement appelé à gouverner de nouveau avec Angela Merkel dans les années à venir? Un choix difficile pour les sociaux-démocrates. Photo: Bundestag, 21 novembre 2017. REUTERS/Axel Schmidt

    L'Allemagne traverse une crise inédite. Après l'échec, dimanche, des négociations en vue de former un gouvernement entre conservateurs, libéraux et écologistes, seule voie pour Angela Merkel d'obtenir un quatrième mandat, deux options sont en discussion : un gouvernement minoritaire ou de nouvelles élections, à moins que les partis qui rejettent l'alliance avec les conservateurs ne changent d'avis. Quant aux sociaux-démocrates, qui ont grouverné quatre ans avec la chancelière, ils sont sous pression après leur refus catégorique de toute nouvelle grande coalition.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    Les aspirants se démènent comme de beaux diables. Mais l’objet de leur désir fait de la résistance et se passerait bien d’autant d’attention. Les sociaux-démocrates du SPD, qui ont subi une défaite historique le 24 septembre avec 20 % des voix, ont rejeté dès l’annonce des résultats toute nouvelle grande coalition avec les chrétiens-démocrates de la CDU. Les quatre dernières années, leurs ministres ont fait du bon travail, estiment la plupart des observateurs, et imposé des réformes sociales. Mais l’échec a été sévère. Une cure d’opposition doit permettre au parti de se ressourcer, selon son nouveau patron Martin Schulz.

    L’échec des négociations dimanche soir entre conservateurs, libéraux et écologistes met cependant les sociaux-démocrates sous pression. Dès lundi, la direction du parti adoptait une motion rejetant toute nouvelle alliance avec Angela Merkel. Mais l’aile droite du parti, comme des élus craignant d’être sanctionnés lors de nouvelles élections en se voyant reprocher de ne pas prendre leurs responsabilités, remettent le « nein » pur et dur de la direction en cause. Mercredi, le président SPD de la République, Frank-Walter Steinmeier, qui ne veut pas de nouvelles élections, reçoit Martin Schulz et va tenter de remettre en cause la position de son camarade.

    → À relire : L'Allemagne plongée dans une crise politique inédite

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.