GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Crise politique en Allemagne: le président cherche à éviter les élections

    media Le président de la République fédérale d'Allemagne, Frank-Walter Steinmeier, le 20 novembre 2017 à Berlin. REUTERS/Axel Schmidt

    L'Allemagne cherche toujours l'issue d'un blocage politique inédit. Après la rupture dimanche des négociations entre les conservateurs d'Angela Merkel, les libéraux et les Verts, deux options restent plausibles : un gouvernement minoritaire de la chancelière ou de nouvelles élections. A moins que des discussions rompues ou exclues n'aient finalement lieu et débloquent la situation. C'est ce à quoi s'emploie le président de la République.

    Il y a encore trois jours, ce sont les libéraux (FDP) qui étaient les « bad boys » en Allemagne. Après leur décision de rompre les négociations avec les chrétiens-démocrates (CDU), ils laissaient le pays surpris, sans option pour un nouveau gouvernement.

    Les sociaux-démocrates qui, dès la clôture des bureaux de vote le 24 septembre, avaient annoncé qu'il faudrait faire sans eux et qu'ils ne reconduiraient pas une grande coalition avec Angela Merkel, pouvaient ainsi se consacrer à leur redressement.

    Mais en trois jours, le SPD - qui observait distant les laborieuses négociations d'Angela Merkel - s'est soudain retrouvé au cœur du jeu et sous pression. Des conservateurs en appellent au sens de l'Etat des sociaux-démocrates, et les médias pressent leur patron Martin Schulz de questions.

    Dans son parti, certains estiment que refuser systématiquement toute discussion est une erreur. D'aucuns craignent une sanction des électeurs qui ne comprendraient pas cette position en cas de nouvelles élections.

    Le président Frank-Walter Steinmeier, lui-même SPD, qui ne veut pas un nouveau scrutin mais estime que les responsables politiques doivent s'entendre, reçoit ce mercredi un Martin Schulz lui-même sous pression, qui joue gros deux semaines avant le congrès de son parti.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.