GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Immigration, investissements: l’Italie attend beaucoup du sommet UA-UE

    media Le président du Conseil italien Paolo Gentiloni (ici à Rome, le 21 novembre 2017). REUTERS/Remo Casilli

    Avant le sommet UA-UE en Côte d'Ivoire, le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, a effectué trois visites officielles : en Tunisie, en Angola et au Ghana. Précédant de peu Emmanuel Macron qui s'est rendu ce mardi au Burkina Faso et s'envolera vers le Ghana, après Abidjan. Rome et Paris expriment une même conviction : « L'Afrique est le futur qui doit se construire avec les Africains. » Mais l'Italie tient aussi particulièrement à faire entendre sa voix sur les questions migratoires et de sécurité.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Le sommet d'Abidjan se concentrera sur les opportunités à créer pour les moins de 25 ans, qui représentent 60% de la population en Afrique. Et, selon les déclarations du président du Conseil italien, c'est un défi majeur pour l'Europe. Mais « plus particulièrement pour Rome. […] A la fois pour des raisons historiques et géographiques. »

    Autre thème crucial pour Rome : l'immigration. Sachant que les principaux pays de départ vers l'Italie, via la Libye, sont le Nigéria, la Guinée et la Côte d'Ivoire.

    Combattants sur le retour

    Sujet d'autant plus brûlant que les flux reprennent et que les conditions de détention des migrants en Libye sont inacceptables. L'Italie va aussi insister sur la sécurité.

    Sur ce point, le ministre de l'Intérieur, Marco Minniti, a affirmé, mardi, que « des milliers de combattants nord-africains et européens pourraient passer par la Libye pour leur retour en Europe ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.