GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    République tchèque: le milliardaire Andrej Babis nommé Premier ministre

    media Andrej Babis prend la tête du prochain gouvernement, probablement un cabinet minoritaire qui devrait être nommé le 13 décembre. REUTERS/David W Cerny

    Un mois et demi après la victoire de son parti avec 29,6% des voix aux législatives, le président tchèque Milos Zeman a désigné mercredi 6 décembre Andrej Babis pour prendre la tête du prochain gouvernement. Le milliardaire controversé devrait diriger un gouvernement minoritaire, les autres partis ayant exclu de gouverner avec lui en raison des poursuites judiciaires dont il fait l’objet.

    Andrej Babis plus proche d’un Berlusconi que d’un Trump. Des comparaisons des observateurs de la vie politique tchèque qui dessinent le parcours d’un populiste aux poches pleines, deuxième fortune du pays devenu Premier ministre 6 ans après la création de son parti Ano, Action des citoyens mécontents.

    Mis en examen pour détournement de fonds européens, ex-collaborateur des services de sécurité du régime communiste, le milliardaire de 63 ans aime s’exposer. Son livre A quoi je rêve quand j’ai le temps de dormir s’est vendu à des centaines de milliers d’exemplaires.

    D’origine slovaque, le nouveau Premier ministre parle un tchèque parfois approximatif, son expression est, elle, souvent  abrupte. « L’Europe à deux vitesses, ça me fait rigoler », dit-il au journal Le Monde.

    Interrogé par le quotidien sur son refus des quotas européens de migrants, il répond : « Il est difficile d’accepter que quelqu’un nous dise qui doit vivre chez nous. On ne veut pas de ces migrants, nous voulons des migrants de l’Ukraine. » Andrej Babis n’a visiblement pas l’intention à la table du Conseil européen de polir son langage ou d’adapter ses positions.

    (Re) lire : République tchèque: le milliardaire Andrej Babis remporte les législatives

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.