GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    A l’OSCE, le fossé se creuse entre Washington et Moscou sur la crise en Ukraine

    media Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson (g) et son homologue russe Sergueï Lavrov (d) à la réunion de l'OSCE à Vienne, le 7 décembre 2017. REUTERS/Ronald Zak

    Le dossier de l’ingérence russe supposée dans la présidentielle américaine n’est pas la seule pomme de discorde entre Washington et Moscou. La crise ukrainienne en est une autre. Il en a été question ce jeudi à Vienne, où étaient réunis les ministres des Affaires étrangères et représentants des 57 Etats membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). L’occasion pour le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson et son homologue russe Sergueï Lavrov de constater l’ampleur des divisions.

    Les divergences persistantes sur le conflit en Ukraine font « obstacle à toute normalisation » des rapports entre les deux pays selon Rex Tillerson. Dès l’ouverture des discussions à Vienne, le chef de la diplomatie américaine a eu des mots durs envers Moscou.

    « Nous n'accepterons jamais l'occupation russe et la tentative d'annexion de la Crimée. Les sanctions liées à la Crimée resteront en place jusqu'à ce que la Russie rende le contrôle total de la péninsule à l'Ukraine. Dans l'est de l'Ukraine, nous sommes d’accord avec nos partenaires européens pour maintenir les sanctions jusqu'à ce que la Russie retire ses forces du Donbass et respecte ses engagements de Minsk », a déclaré Rex Tillerson.

    Le premier point des accords de Minsk, - le cessez-le-feu - est régulièrement violé. Moscou soutient le déploiement de casques bleus pour protéger les observateurs de l’OSCE. Mais les Occidentaux plaident pour un mandat plus étendu.

    Une hypothèse que rejette le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov : « On nous propose à la place des pistes qui équivaudraient à introduire dans le Donbass une administration d'occupation, avec pour objectif d’enterrer les mesures approuvées à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’ONU et de résoudre ce problème par la force. »

    Selon l'ONU, il y a eu plus de civils tués dans le Donbass cette année que l'année dernière.

    (Re) lire : Dans l'est de l'Ukraine, la guerre se poursuit en silence

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.