GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Visite sous tension à Athènes pour Erdogan

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan (g) et le Premier ministre grec Alexis Tsipras ont donnée une conférence de presse après leur rencontre. Athène, le 7 décembre 2017. REUTERS/Costas Baltas

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan était jeudi 7 décembre à Athènes. Il a d’abord rencontré le président grec Prokopis Pavlopoulos avant de se rendre au Palais Maximou pour discuter avec le Premier ministre Alexis Tsipras. Ce déplacement inédit pour un président turc depuis 65 ans a surtout permis d’aborder les sujets qui fâchent entre ces deux pays clefs pour la stabilité de la région, la division de Chypre notamment, mais aussi d’autres sujets plus récents.

    Avec notre correspondante à Athènes,  Charlotte Stiévenard

    Après sa rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a choisi d’aborder la question qui tracasse le plus la Grèce ces derniers mois :

    « Nous avons parlé des tensions en mer Egée. J’ai personnellement insisté sur le fait que les infractions aéronautiques turques doivent prendre fin. Les violations croissantes de l’espace aérien grec et plus particulièrement tous les blocages autour de la mer Egée mettent nos relations, tout comme nos pilotes en danger », rapporte le chef du gouvernement.

    Le président turc a quant à lui proposé d’actualiser le Traité de Lausanne. Alexis Tsipras a refusé, car c’est lui qui régit les frontières entre la Grèce et la Turquie depuis 1923.

    Recep Tayyip Erdogan a également répété sa volonté d’obtenir l’extradition de huit militaires turcs qui avaient fui en Grèce après le coup d’Etat manqué. C’est à la justice de trancher, a répondu le Premier ministre grec : « En Grèce, un Etat de droit et pays de l’Union européenne, la séparation des pouvoirs est absolue. Les positions et les rôles de l'exécutif et du judiciaire sont donc distincts. »

    Selon une source du bureau du Premier ministre, Alexis Tsipras a appelé la Turquie à ouvrir un nouveau chapitre dans les relations gréco-turques. Si elle n’acceptait pas cela pourrait se faire, selon cette source, au détriment de ses relations avec l’Union européenne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.