GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Aujourd'hui
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Canadien Benjamin Smith, numéro 2 d'Air Canada, nommé directeur général d'Air France-KLM (direction)
    • Washington menace Ankara de nouvelles sanctions si le pasteur Brunson n'est pas libéré
    • Obama salue la «divine» Aretha Franklin et son rôle pour «façonner l'Amérique»
    • Macron et Al-Sissi soulignent «l'urgence d'une désescalade» à Gaza (Elysée)
    • Trump rend hommage à Aretha Franklin et à sa voix, «merveilleux bienfait de Dieu»
    • Inde: décès de l'ancien Premier ministre Vajpayee (officiel)
    Moyen-Orient

    Turquie: le président Erdogan qualifie Israël «d'Etat terroriste»

    media Le président turc Erdogan lors de son meeting à Sivas, en Anatolie, le 10 décembre 2017. Reuters

    Recep Tayyip Erdogan n'en finit pas de dire tout le mal qu'il pense de la décision américaine de proclamer Jérusalem capitale d'Israël. Dimanche 10 décembre, devant ses partisans réunis à Sivas, au centre de l'Anatolie, le président turc s'en est pris violemment à l'État hébreu, qu'il a qualifié « d'État terroriste ».

    Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

    Si la contestation de la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme la capitale d'Israël réveille chez Recep Tayyip Erdogan des ambitions de meneur régional et musulman, elle offre surtout l'occasion au président turc d'entonner une fois de plus l'un de ses refrains favoris : qualifier l'État hébreu « d'État terroriste ».

    « Nous n'abandonnerons pas Jérusalem à la merci d'un Etat qui tue des enfants », a dit précisément Recep Tayyip Erdogan lors d'un congrès de son parti à Sivas, en Anatolie. Une charge violente, qui confirme que le leader turc est prêt à tirer un trait sur la réconciliation amorcée l'an dernier entre son pays et Israël.

    Avant l'annonce américaine, Tayyip Erdogan avait prévenu qu'il n'hésiterait pas à rompre les relations avec l'État hébreu, comme il l'avait fait en 2010, après l'assaut israélien contre un navire turc qui tentait de briser le blocus de Gaza.

    Au passage, le président turc en a profité pour égratigner son homologue américain, avec lequel il essayait, bon an mal an, de tisser de bonnes relations. La décision de Donald Trump sur Jérusalem est celle « d'un évangéliste », a lancé Tayyip Erdogan, avant de la qualifier de « nulle et non avenue ».

    Lors d'un entretien téléphonique, le président français Emmanuel Macron a demandé au président turc de « contribuer à l'apaisement » entre Israël et les Palestiniens et « d'éviter les répercussions négatives dans l'ensemble de la région », a indiqué l'Elysée dimanche.

    De son côté, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, à l'issue de son entretien avec le président français Emmanuel Macron à Paris ce dimanche, a dit ne pas avoir de « leçons de moralité à recevoir d'un dirigeant qui bombarde des villages kurdes en Turquie, qui emprisonne des journalistes, aide l'Iran à contourner les sanctions internationales et aide des terroristes, notamment à Gaza ».   

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.