GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Aujourd'hui
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Prêtres pédophiles aux Etats-Unis: le pape se dit «du côté des victimes» (Vatican)
    Europe

    Europe: le chancelier autrichien veut en finir avec les quotas de migrants

    media Sebastian Kurz à Vienne, le 15 octobre 2017. REUTERS/Leonhard Foeger

    Sebastian Kurz, qui gouverne avec l'extrême droite, détaille ses positions sur le sujet dans une interview accordée au tabloid allemand Bild, dimanche 24 décembre.

    Voilà Angela Merkel très officiellement prévenue : sa politique d’ouverture aux réfugiés est plus que jamais dans le viseur de son voisin autrichien. Tout sauf une surprise de la part d'un pays qui a intégré l’extrême droite au sein de son gouvernement.

    Dans une interview donnée ce dimanche au premier journal allemand, Bild, Sebastian Kurz envoie un avertissement tant à la chancelière germanique qu’au reste de l’Union européenne. « Forcer des Etats à prendre des réfugiés ne fera pas avancer l'Europe », dit le chancelier, qui s’oppose ainsi frontalement à la répartition actuelle des migrants au sein de l’Union européenne.

    Le groupe de Visegrad, qui regroupe la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie, tous unis dans leur refus d’accueillir des réfugiés, a donc un nouvel allié.

    Il faut dire que la position de Sebastian Kurz sur le sujet n’est pas nouvelle. Il n’avait pas de mots assez durs, quand il était ministre des Affaires étrangères, envers les quotas de migrants en Europe.

    Le désormais plus jeune dirigeant d’Europe a fait du refus de l’immigration le thème central de sa campagne, à l’automne 2017. Il s’est présenté devant les électeurs comme celui qui a réussi à fermer aux réfugiés la route des Balkans. Il se dit également fier d’avoir été félicité par Viktor Orban, Premier ministre de Hongrie et farouche opposant à l’arrivée de réfugiés en Europe.

    Lors du dernier Conseil européen, en décembre, les 28 se sont donnés six mois pour trouver un compromis dans ce dossier brûlant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.