GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie: Gentiloni tire un bilan positif de 2017 et vise les législatives 2018

    media Le président du Conseil italien Paolo Gentiloni, le 28 décembre 2018. REUTERS/Max Rossi

    Le président du Conseil italien Paolo Gentiloni a dressé le bilan de son gouvernement dont il juge l’action plutôt positive. Notamment dans le secteur économique même si la dette publique reste au-dessus de 130 % du PIB et si le taux de chômage des jeunes demeure encore très élevé, surtout dans les régions du sud (+ de 30 %). Il s'est ensuite rendu au palais du Quirinal, accompagné des présidents des deux Chambres, en vue de la dissolution du Parlement, décrétée par le président de la République Sergio Mattarella ce 28 décembre 2017.

    Avec notre correspondant à Rome, Anne Le Nir

    Pour le président du Conseil, Paolo Gentiloni, le bilan 2017 est tout à fait honorable en termes de développement économique, de lois attendues depuis plus de 10 ans, comme celle sur la fin de vie, ou encore d’efforts pour réduire le taux de chômage des jeunes, au niveau national.

    Cette Italie qui n’est le plus vilain petit canard de l’Europe, Paolo Gentiloni, membre du parti Démocrate, la résume : « Après la plus grave crise de l’après-guerre, l’Italie s’est remise en marche. Et je pense que la première responsabilité que devra assumer le nouveau gouvernement sera de ne pas dilapider les efforts accomplis. »

    Des élections législatives le 4 mars 2018

    C'est un message clair en vue des prochaines élections législatives dont la date a été fixée au 4 mars 2018, suite à la dissolution du parlement par le président de la République, Sergio Matterella.

    Un décret de dissolution des deux Chambres signé ce 28 décembre 2017. Ouvrant ainsi le lancement officiel d’une campagne électorale qui s’annonce aussi importante pour l’Europe que pour l’Italie, car le vent du populisme souffle bien fort du nord au sud de la péninsule.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.