GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Aujourd'hui
Samedi 26 Mai
Dimanche 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Le Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie aura marqué la justice internationale

    media L'ancien chef de guerre Radovan Karadzic jugé pour crimes contre l'humanité par le TPIY, photographié le 24 mars 2016. Robin van Lonkhuijsen/ AFP

    Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a fermé ses portes en décembre 2017 après 24 années de travail sans précédent pour juger les responsables des pires atrocités commises en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Un travail qui aura marqué l’histoire de la justice internationale.

    Créé en 1993 par le conseil des Nations Unies, le TPIY à La Haye (Pays-Bas), a jugé de nombreux criminels, dont les chefs de guerre serbes Radovan Karadzic et Ratko Mladic. Il a ouvert la voie à une justice internationale plus transparente et efficace démontrant que ceux qui, partout dans le monde, commettent des crimes de guerre doivent répondre de leurs actes devant les juges et devant l'histoire.

    Justice a ainsi été rendue à des milliers de victimes et le Tribunal a mis fin à l’impunité dont bénéficiaient les principaux responsables des crimes de guerre. Chefs d’État, chefs d’état-major, ministres, ils ont dû répondre de leurs actes.

    En près de 25 ans, 161 personnes ont été jugées pour des crimes commis en Croatie, en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo et en Macédoine dans les années 1990.

    Quatre mille six cents témoins ont été entendus et protégés. Leurs courageux témoignages ont permis d’établir les faits et d’écrire l’histoire tragique des conflits dans l’ex-Yougoslavie.

    Grâce au TPIY, le viol est reconnu comme un crime contre l’humanité

    Près de la moitié des condamnations l’ont été pour des crimes impliquant des violences sexuelles. Grâce au Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie, le viol est désormais reconnu comme un crime contre l’humanité.

    Les jugements du TPIY ont par ailleurs inspiré d’autres juridictions pénales internationales, comme le Tribunal pénal international pour le Rwanda, le Tribunal spécial pour la Sierra Leone et la Cour pénale internationale, également situé à La Haye. Enfin le TPIY a permis de renforcer les institutions judiciaires dans les pays de l'ex-Yougoslavie qui vont poursuivre sa tâche en continuant à juger les auteurs de crimes de guerre.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.