GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: privé de présidentielle, l'opposant Alexeï Navalny appelle au boycott

    media Le leader d'opposition russe, Alexei Navalny, le 24 décembre 2017 pour l'enregistrement de sa candidature à la présidentielle. REUTERS/Tatyana Makeyeva

    Alexei Navalny ne pourra pas se présenter à la présidentielle le 18 mars 2018 en Russie. La Cour suprême russe l'a confirmé ce 30 décembre 2017. L’opposant avait saisi cette instance après le rejet de la sa candidature par la Commission électorale centrale le 25 décembre. Cette décision n’est pas vraiment une surprise pour l’empêcheur de tourner en rond du Kremlin, qui n’entend pas baisser les bras pour autant.

    Alexeï Navalny n’avait pas jugé bon d'assister à l’audience. Le résultat ne faisait en effet aucun doute. Ses avocats se sont chargés de mettre en avant son principal argument : la Constitution russe exclut uniquement de la course à l’élection présidentielle les personnes qui sont privées de liberté.

    La commission électorale centrale se fonde, elle, sur la loi électorale qui prévoit une inéligibilité pendant 10 ans pour les personnes condamnées pour des délits graves.

    Guerre des nerfs avec le Kremlin

    Or, Alexeï Navalny a été condamné en février dernier à cinq ans de prison avec sursis pour détournement de fonds. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), saisie par l’opposant, avait jugé que l’on pouvait craindre que cette condamnation soit de nature politique. Un argument balayé par le juge de la Cour suprême.

    Les avocats d'Alexeï Navalny ont annoncé qu’ils allaient faire appel de cette décision. Quant à l’opposant, il entend, une nouvelle fois, porter l’affaire devant la CEDH. En attendant, il appelle se partisans à ne pas aller voter le 18 mars et à sortir dans la rue le 28 janvier prochain.

    Cet appel ne laisse pas le Kremlin indifférent. Le porte-parole de Vladimir Poutine a annoncé qu’une enquête serait lancée pour vérifier que l'appel à manifester lancé par Navalny pour appuyer son boycott de la présidentielle était conforme à la loi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.