GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 27 Avril
Samedi 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    France: acteur clé de l'affaire Clearstream, le général Philippe Rondot est mort

    media Le général Rondot, ancien responsable des services secrets français, le … Le général Rondot, ancien responsable des services secrets français, le 11 décembre 2007. Martin Bureau / AFP

    Agé de 81 ans, le général Philippe Rondot, l'un des acteurs clés de l'affaire Clearstream, a été inhumé ce 30 décembre dans la plus grande discrétion à Fléty dans la Nièvre, dans le centre de la France. Le général espion avait aussi des carnets secrets dont le rôle a été déterminant dans ce procès très médiatique.

    Surnommé « le général de l'ombre », ce personnage à la haute silhouette et à l'oeil pétillant derrière ses lunettes démarre sa carrière dans les services spéciaux, avant de rejoindre la Direction de surveillance du territoire (DST), le contre-espionnage français.

    Cet as de la diplomatie secrète va aussi jouer un rôle important dans la libération des otages français au Liban, en 1988. On sait moins que le général Rondot est également le principal acteur de la capture du célèbre terroriste vénézuélien Carlos, en 1994 à Khartoum, au Soudan.

    Carnets secrets

    A la tête des services secrets français, il avait pour nom de code « Max ».
    Conseiller pour le renseignement et les opérations spéciales de l'ancienne ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, cet homme de terrain avait pour habitude de tout consigner et de tout noter dans des petits carnets secrets.

    Ces carnets personnels ont été saisis par les juges en charge de l'affaire Cleartream en 2005, qui portait sur la falsification de listings. Le général Rondot, l'un des témoins clés de cette affaire, aurait même enquêté sur ces étranges listings de comptes occultes à la demande du Premier ministre de l'époque, Dominique de Villepin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.