GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Avril
Mercredi 18 Avril
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Fin des tirs de missiles balistiques et des essais nucléaires nord-coréens: la Chine salue la décision prise par Pyongyang
    Europe

    Allemagne: Facebook obligé par la loi à combattre les propos haineux

    media Les grands réseaux sociaux, comme Twitter, Facebook et Youtube, devront supprimer les contenus jugés haineux sous 24 heures, en Allemagne, à partir de ce lundi 1er janvier 2018. REUTERS/Dado Ruvic/Illustration/File Photo

    A partir de ce 1er janvier 2018, Facebook et les autres grands réseaux sociaux doivent sévir, en Allemagne, contre la diffusion des propos haineux, sous peine d'amendes pouvant aller jusqu'à 50 millions d'euros.

    La loi de modération des propos haineux sur les réseaux sociaux a été votée en Allemagne, à l'été dernier, et elle est entrée en vigueur trois mois plus tard mais ce n'est qu'à partir de ce lundi 1er janvier 2018 qu'elle impacte les grands réseaux sociaux, ceux qui comptent plus de 2 millions d'utilisateurs, comme Twitter, Facebook et Youtube.

    Sous peine d'amendes pouvant aller jusqu'à 50 millions d'euros, ils doivent supprimer, sous 24 heures, les contenus jugés haineux, tels que les insultes, les appels à la violence ou encore la propagande terroriste.

    Les « fake news » aussi visées

    Les « fake news », ces informations volontairement fausses ou erronées qui circulent sur internet, sont aussi incluses dans la loi allemande. Pour les cas les plus difficiles, la loi donne jusqu'à sept jours aux réseaux sociaux pour décider si un contenu a, oui ou non, un caractère haineux. L'identité des auteurs de ces publications haineuses doit être dévoilée.

    C'est aussi une affaire d'argent, de beaucoup d'argent : Facebook, par exemple, qui avait fait campagne contre la loi, a dû recourir à davantage de moyens pour traquer les contenus haineux, plus d'intelligence artificielle dédiée à cette tâche et aussi un doublement de ses effectifs à travers le monde.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.