GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 27 Avril
Samedi 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: une élue AfD en butte à la loi anti-propos haineux sur Twitter

    media Beatrix von Storch, l'une des responsables du parti populiste d'extrême droite Alternative für Deutschland (AfD), en Allemagne. John MACDOUGALL / AFP

    Députée du parti populiste de droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), Beatrix von Storch a maille à partir avec la loi fraîchement entrée en vigueur en Allemagne sur les réseaux sociaux. Depuis le 1er janvier, Twitter, Facebook et consorts doivent en effet effacer rapidement des propos incitant à la haine sous peine d'être frappés par des amendes très lourdes.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    « Pourquoi la police publie maintenant des messages en arabe ? Pour essayer d’amadouer ces hordes d’hommes barbares, musulmans et violeurs ? ».

    La réplique de la députée Alternative für Deutschland (AfD), Beatrix von Storch, aux messages sur Twitter de la police de Cologne appelant pour la Saint-Sylvestre à la prudence dans différentes langues, faisait référence aux nombreuses agressions sexuelles commises il y a deux ans, le 31 décembre, par des migrants.

    Mais l’élue d'extrême droite, très active sur les réseaux sociaux et connue pour ses commentaires robustes, fait partie des premières personnes frappées par la nouvelle loi sur les réseaux sociaux entrée en vigueur ce 1er janvier.

    « Fin de l'état de droit »

    Le texte prévoit des amendes très lourdes pour Facebook et Twitter notamment si ces plateformes n’effacent pas rapidement des publications incitant à la haine.

    Beatrix von Storch parle de « censure » et dénonce « la fin de l’Etat de droit ». La députée estime qu’avant que ses publications soient effacées, son immunité parlementaire devrait être levée et qu’un jugement devrait la condamner au terme d’un procès.

    Twitter et Facebook ont effacé le message de l’élue dont le compte a été bloqué pendant quelques heures. La police de Cologne a elle déposé plainte contre Beatrix von Storch pour « incitation à la haine ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.