GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: le «Fat Cat Thursday» dénonce l’écart de salaire patrons-employés

    media Un homme d'affaires anglais dans le quartier de la City, à Londres, au Royaume-Uni. (Photo d'illustration) © Eric Préau/Sygma via Getty Images

    Ce jeudi 4 janvier 2018 a été baptisé au Royaume-Uni le Fat Cat Thursday, le « Jeudi des gros bonnets », pour dénoncer les disparités de rémunération au sein des entreprises britanniques. Quatre jours après le réveillon, les patrons des cent plus grandes entreprises britanniques ont déjà gagné plus que le salarié moyen en une année. C'est ce que révèle l'étude conjointe des deux centres de réflexion britanniques, le High Pay Centre et le Chartered Institute of Personnel and Development (CIPD).

    Sachant qu'un dirigeant travaille en principe 12 heures par jour et ne prend que 19 jours de vacances par an, les deux centres de réflexion britanniques, le High Pay Centre et le Chartered Institute of Personnel and Development (CIPD), ont calculé que la rémunération moyenne des patrons des cent plus grandes entreprises de l'indice FTSE atteint, ce jeudi 4 janvier 2018, l'équivalent de 32 328 euros, soit le revenu annuel moyen des travailleurs britanniques à temps plein en 2017. Ils ont baptisé ce 4 janvier le Fat Cat Thursday, le « Jeudi des gros bonnets ».

    A la fin de l'année 2018, les grands patrons britanniques auront gagné 120 fois plus qu'un salarié, un écart de rémunération qualifié d'excessif et d’injustifié par les deux instituts. Ils soutiennent le projet de réforme du gouvernement conservateur de Theresa May qui imposerait aux patrons des grandes entreprises cotées en Bourse la transparence sur leurs rétributions. Un projet de loi en ce sens doit être présenté au Parlement dans les prochains mois.

    Un potentiel registre public dénonçant les rémunérations jugées excessives

    Un registre public pourrait également voir le jour, selon les annonces du ministre de l'Economie Greg Clark. Il rendrait public les noms d'entreprises dont au moins 20% des actionnaires ne sont pas d'accord avec la politique de rémunération des dirigeants.

    En France, la loi Sapin II  soumet les rémunérations des patrons à un vote contraignant des actionnaires. Pourtant en 2016, les grands PDG français gagnaient 132 fois plus que leurs employés.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.