GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie et Allemagne: l’amorce d’un dégel?

    media Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel et son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, à Berlin, le 8 mars 2017. Cem Ozdel/Turkish Foreign Ministry Press Office/via Reuters

    La Turquie poursuit son offensive de charme pour améliorer des relations détériorées avec les pays de l'Union européenne. Après des déclarations du président Erdogan et de son ministre des Affaires étrangères Cavusoglu, les intéressés se déplacent ces jours-ci. Vendredi, le président turc rencontrait son homologue Emmanuel Macron à Paris. Ce samedi, ce sont les chefs de la diplomatie allemand et turc qui se rencontrent. Les relations bilatérales des deux pays ont beaucoup souffert ces derniers mois. Plusieurs Allemands sont encore emprisonnés en Turquie pour « des raisons politiques » d'après Berlin, mais des premiers gestes laissent penser qu'un réchauffement voit le jour.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    La Turquie tenterait-elle de monnayer la libération d'Allemands détenus sur son sol contre des chars made in Germany ? Dans une interview au magazine Der Spiegel, le  ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel qui reçoit ce samedi son homologue turc Cavusoglu sur ses terres à Goslar souligne que les relations des deux pays ne peuvent pas s'améliorer tant que des Allemands restent détenus en Turquie.

    Et Gabriel d'ajouter : Cela ne changera pas tant que le cas de Deniz Yücel n'aura pas été réglé. Le journaliste germano-turc correspondant sur place du quotidien Die Welt est en prison depuis dix mois et accusé de propagande terroriste.

    La déclaration de Sigmar Gabriel signifie-t-elle qu'une libération du journaliste emprisonné pour permettre à des exportations militaires interrompues de reprendre ?

    L'entreprise allemande Rheinmetall avait créé une filiale commune avec une société turque en 2016 pour développer un char. Tout a été bloqué depuis avec la détérioration de la situation en Turquie.

    Des députés allemands à droite comme à gauche dénoncent déjà un accord qui se ferait au détriment des principes défendus par l'Allemagne alors que la situation des droits de l'homme en Turquie reste critiquable.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.