GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Trafic d'organes au Kosovo: l'un des principaux suspects arrêté à Chypre

    media La clinique Medicus au Kosovo où l'on transplantait illégalement les organes humains. AFP PHOTO / ARMEND NIMANI

    Les autorités de Pristina ont annoncé l'arrestation récente, mais non datée, à Chypre, d'un ressortissant israélien, Moshe Harel, soupçonné d'être l'un des principaux organisateurs d'un réseau de trafic d'organes au Kosovo, démantelé en 2008. L'extradition du suspect va être demandée au plus tôt.

    Avec notre correspondant dans les Balkans,  Laurent Rouy

    Moshe Harel est soupçonné d'avoir recruté de riches malades, ainsi que des victimes pauvres qui acceptaient de leur vendre un rein, généralement jamais payé. Les transplantations ont eu lieu entre 2006 et 2008, dans la clinique Medicus, au Kosovo.

    L'affaire Medicus éclate en 2008, lorsqu'un passager s'effondre à l'aéroport de Pristina. Il lui manque un rein, transplanté illégalement à un riche Israélien, qui a déboursé 80 000 euros.

    L'enquête met en cause le docteur Dervishi, propriétaire de la clinique Medicus, et un chirurgien turc, Jusuf Sonmez, soupçonné de transplantations illégales dans plusieurs pays.

    Deux ans plus tard, un rapport du procureur suisse Dick Marty sur les crimes de la guérilla albanaise de l'UCK évoque un autre trafic d'organes présumé, et le relie à l'affaire Medicus. Le scandale fait le tour du monde et force le Kosovo à créer un tribunal spécial, qui n'a toujours pas émis d'actes d'accusation à ce jour.

    Arrêté en 2017, le docteur Dervishi est actuellement jugé à Pristina. Moshe Harel est le deuxième cerveau de ce trafic arrêté par la police. Le docteur Sonmez, lui, est toujours en fuite.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.